Soutenez

Biiru: resto à la mode japonaise

Photo: Vincent Fortier/collaboration spéciale

Un nouvel izakaya a ouvert ses portes au centre-ville: Biiru. Métro l’a essayé.

Un izakaya, c’est quoi? L’izakaya est au Japon ce que le bistro est à la France, le bar à tapas à l’Espagne et le pub à l’Angleterre. Dans ces brasseries japonaises, de plus en plus populaires à Montréal, on sert des plats à partager que l’on arrose traditionnellement de bière (japonaise, bien sûr) ou de saké.

L’idée de Biiru a germé dans l’esprit de deux restaurateurs québécois, dont l’un d’eux a été charmé par le pays du soleil levant lors d’un voyage.

Au menu
Au Biiru, comme dans les autres brasseries japonaises, on partage les plats dans un décor aux accents nippons et aux couleurs éclatantes. On nous suggère quatre ou cinq plats pour deux. On s’exécute. On commande tout en bloc… et tout arrive en bloc, dès que c’est prêt. Sur la petite table s’entassent deux ou trois plats en même temps, en plus des verres, des couverts, etc.

Alors on mange! Les gyozas (raviolis japonais) et la salade d’algues nous sont d’abord servis. La première bouchée de cette salade est de bon augure. Croquant et rafraîchissant avec ses morceaux de mandarine au yuzu, ce plat est réussi.

Même son de cloche pour ce qui est des raviolis, qui sont tout à fait satisfaisants.

Arrivent ensuite, quelques minutes plus tard, le ramen et les côtes de porc grillées. La table déborde, et on pige dans les assiettes pour goûter à tout.

Le ramen est bon sans être extraordinaire. On a l’impression qu’il y a un peu d’improvisation dans le bol. De toute façon, il est vite éclipsé par les ribs caramélisées et fondantes. Le clou du repas, sans contredit. L’expression «Bon à s’en lécher les doigts» prend ici tout son sens.

Après ce déferlement de plats, notre convive a encore un petit creux et est intrigué par le japadog, qui s’avère au final un brin décevant. Pour ce qui est du goût, ça va, mais la texture laisse à désirer.

À boire
Traditionnellement, dans un izakaya, les alcools servis sont la bière et le saké. Le Biiru ne fait pas exception. Il offre une sélection de bières 
japonaises en fût ou en bouteille, ainsi que quelques sakés (alcool de riz japonais). On retrouve aussi sur la carte quelques cocktails aux saveurs asiatiques, dont le sour au tamarin, la lime et le yuzu.

La carte des vins se résume quant à elle à blanc ou rouge.

Les réservations sont 
suggérées. Audrey Lavoie

Biiru
1433, rue City Councillors

En résumé

  • L’occasion: Pour un 
lunch au centre-ville, un 
5 à 7 après le boulot ou 
un souper entre amis.
  • L’ambiance et le décor: 
En soirée, l’ambiance se 
rapproche plus de celle 
d’un bar que de celle d’un restaurant. On y va entre 
amis pour boire quelques verres et casser la croûte.
  • Les prix: Compter une trentaine de dollars par personne pour deux plats et un verre, avant taxe et service. Chaque plat coûte en moyenne 12$.
  • Nous avons aimé: Les côtes de porc et l’ambiance.
  • Nous avons moins aimé: 
La carte des vins.

 

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.