Évasion, loisirs et plein air
10:00 26 juin 2021 | mise à jour le: 28 juin 2021 à 07:04 Temps de lecture: 4 minutes

Les Jardins de Métis, un musée vivant et coloré

Les Jardins de Métis, un musée vivant et coloré
Photo: / Gracieuseté / Jardins de Métis

Nichés dans une forêt d’épinettes au bord du fleuve dans le Bas-Saint-Laurent, les Jardins de Métis sont un passage obligé pour quiconque visite la région. En plus de ses magnifiques jardins horticoles et de son restaurant gastronomique, le lieu présente chaque année un événement surprenant : le Festival international de jardins.

Créés au début du 20e siècle, les Jardins de Métis sont l’œuvre de l’horticultrice Elsie Reford. À force de travail, de patience et de détermination, cette femme à l’histoire fascinante est parvenue à acclimater des centaines d’espèces et de variétés de plantes, en dépit d’un climat québécois peu hospitalier.

Aujourd’hui, ces jardins historiques rassemblent plus de 3000 essences de végétaux, répartis dans une quinzaine de jardins. Soigneusement préservés par les héritiers d’Elsie Reford et gérés de manière écoresponsable, ils offrent un paysage fleuri exceptionnel.

Au détour de chaque chemin, de nouvelles couleurs et senteurs se révèlent. Une faune diverse peuple aussi les jardins, en particulier aux abords de l’étang, où il est possible d’observer de nombreuses espèces d’oiseaux.

Invitation au-dehors

À cette collection horticole historique s’ajoutent des jardins contemporains installés dans le cadre du Festival international de jardins. Pour sa 22e édition, le festival s’est donné pour thème «La magie est dehors», faisant écho à l’année écoulée et aux longs mois de confinement.

Cinq œuvres, qui poussent le visiteur à se questionner sur le dedans, le dehors et sur son rapport avec la nature ont été sélectionnées. Ces installations étonnantes et ludiques, imaginées par des architectes-paysagistes québécois, français, américains et suédois, sont dès à présent ouvertes au public.

On peut notamment emprunter des portes entre les arbres, marcher sur les murs d’une cabane déconstruite ou se réfugier dans une hutte de foin.

Délices du jardin

Pour plaire aux gourmands, les Jardins de Métis sont aussi dotés d’une boutique (où se procurer des semences et un délicieux miel naturel) et de deux restaurants.

Le premier, le Bufton, se trouve à l’entrée du site. Parfait pour terminer la visite avec un repas ou un breuvage en terrasse, il propose des plats de style bistrot élaborés à partir de produits locaux.

Le second, le restaurant de la Villa Estevan Lodge, se situe à l’intérieur même de l’ancien camp de pêche de la famille Reford. Le chef Frédérick Boucher (qui a travaillé notamment au Decca 77 et au Pastaga) imagine les plats au menu en s’inspirant des saisons ainsi que des produits du potager et de la cueillette sauvage. Pour avoir une chance d’y manger, mieux vaut réserver d’avance.

Le Café des jardins, attenant à la villa, offre quant à lui des barres glacées et des sandwichs à déguster en terrasse.

Les Jardins de Métis sont ouverts du 29 mai au 3 octobre 2021. Tarif adulte 22$, gratuit pour les 13 ans et moins.

Expositions

En plus de ses deux expositions permanentes qui retracent l’histoire du lieu et la vie d’Elsie Reford, les Jardins de Métis accueillent chaque année plusieurs expositions temporaires. Six expositions et installations artistiques seront en cours cet été:

  • Sur les sentiers de Robert W. Reford par Pierre Fauteux
  • French Braided Earth par Béatrice Boily
  • Chemins de vagues par Nadine Boulianne
  • Fleuve fragile par Joan Sullivan
  • Robert W. Reford: photographe à la rencontre de l’Autre
  • Camera Obscura

Articles similaires