Local

Vers un référendum à L’Île-Bizard?

Vers un référendum à L’Île-Bizard?
Photo: François Lemieux/Cités Nouvelles

L’adoption d’un règlement interdisant toute nouvelle construction en zone inondable centenaire rencontre de l’opposition à L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève. Un référendum pourrait avoir lieu si suffisamment de résidents signent le registre, qui aura lieu bientôt.

Adopté mardi dernier, le nouveau règlement interdit tout agrandissement, construction, remblayage au sol de résidences déjà en place, en zone inondable 0-100 ans. Les agrandissements de résidence en porte-à-faux seront toutefois permis.

On ignore pour le moment la superficie de la zone concernée ou encore le nombre de lots qui seront affectés. Le maire d’arrondissement, Normand Marinacci, souligne de son côté que la zone affectée n’est pas très grande.

«Ce n’est pas grand, mais c’est un principe extrêmement important considérant ce qui nous attend au niveau des changements climatiques. Il y a des études qui nous disent qu’il va y avoir plus de pluie. Il y a des forts risques que ce qui s’est passé en 2017 se reproduise plus vite qu’on ne le pense», indique-t-il.

Opposition
Afin qu’un registre soit tenu, au moins 12 résidents devaient en faire la demande. Une soixantaine de résidents ont apposé leur signature au document déposé à l’arrondissement. Lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement, des citoyens ont pris la parole pour dénoncer la nouvelle réglementation.

«Je trouve ce règlement exagéré. Depuis des années, le règlement nous permet de construire à partir des zones 20 ans. Ce n’est pas une solution idéale. Il y a plusieurs autres possibilités pour se protéger contre les inondations. Ça va créer beaucoup de problèmes pour une centaine de citoyens qui ont des terrains au bord de l’eau», indique Joel Albarian, un résident.

Administrateur du Regroupement des sinistrés du Québec, un organisme à but non lucratif, Pier-Luc Cauchon est d’avis qu’il sera possible pour les opposants d’obtenir le nombre de signatures requises afin de forcer un référendum.

«Tous les gens que je connais qui ne sont pas dans les zones inondables supportent notre contestation du règlement. Personne ne veut qu’on perde des droits. Il y a des gens qui ont acheté des terrains comme investissement et qui perdent tout», fait-il valoir.

On ignore pour le moment à quelle date se tiendra le registre. L’arrondissement n’a pas été en mesure de confirmer à Cités Nouvelles le nombre de signatures nécessaires pour forcer un référendum.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *