Ahuntsic-Cartierville

Prêts à faire face aux crues

Prêts à faire face aux crues
Photo: Amine Esseghir/Courrier AhuntsicToutes les rues débouchant sur la rive de la rivière des Prairies sont protégées par des digues.

Sur la rue Cousineau, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, on n’attend pas l’inondation passivement. Depuis le 20 avril, les gens s’affairent à protéger leurs demeures.

Les traces des inondations de 2017 semblent s’être effacées, mais les souvenirs sont toujours là.

«Il y a deux ans, il y avait de l’eau jusqu’au niveau du tempo noir», indique Guy en désignant le point de la rue où l’eau s’était arrêtée.

Il reconnaît que la Ville a eu de bons réflexes cette année en posant une digue suffisamment haute et solide sur la rive de la rivière des Prairies, dès que le niveau de l’eau est devenu menaçant. En 2017, son sous-sol avait été inondé. L’eau était rentrée par les puisards.

«J’ai eu de la chance dans mon malheur, nous étions en pleines rénovations. On avait remonté tout nos biens, il n’y a que les murs qui ont été touchés.»

Aujourd’hui, le sous-sol est habitable et la maison entièrement retapée. Pour se protéger, il a installé des sacs de sable autour de sa demeure.

«J’ai aussi trois pompes à essence à l’intérieur que je peux mettre en route dès que l’eau s’infiltre. On ne peut pas être plus prêts que ce que nous sommes.»

En face, un peu dépité, mais résigné, Jean Sorin espère que la rivière ne débordera pas même si depuis samedi il s’est affairé avec son voisin à colmater les trous par lesquels les flots pourraient envahir sa résidence.

«On nous dit tantôt ça va monter plus qu’en 2017, on nous annonce tantôt que ce sera moins, on ne sait plus quoi croire.»

Sa maison située à moins de 100m de la rive a été fortement inondée. Il lui a fallu presque deux ans pour en finir avec les rénovations forcées.

«L’entrepreneur vient à peine de finir les travaux dans le sous-sol pour réparer les dégâts de 2017, déplore-t-il. Déjà il faut se préparer à une nouvelle crue.»

Sur l’avenue du ruisseau, là où des citoyens avaient mis en place un barrage de fortune en 2017 et avaient protégé toutes les demeures de cette rue, on a sonné la mobilisation du voisinage, une fois de plus.

«La ville nous a livré des sacs de sable et nous avons installé une digue, j’espère qu’elle est suffisamment haute et que le fleuve ne montera pas trop», confie un des résidents.

Sur la rue Olivier, des deux propriétaires des maisons les plus proches de la rive avaient posé une sorte de «water-gate», une digue en bâche qui se gonfle au fur et à mesure que l’eau monte.

This slideshow requires JavaScript.

Toutefois, voyant le niveau de l’eau grimper dangereusement, ils ont appelé la Ville samedi qui a livré des sacs de sable. Deux digues de renforcement ont été posées par les employés de l’arrondissement.

Cette artère, comme les rues Cousineau et Crevier avaient été inondées sur une bonne longueur quand la rivière des Prairies a débordé en 2017.

Le 17 avril, alors que les cours d’eau étaient sous surveillance, la sécurité civile avait fait le tour de 3000 résidences pour les rappeler à se préparer en cas de crues.

La Ville avait annoncé aussi qu’elle prendrait des mesures effectives dès que le niveau de l’eau serait suffisamment inquiétant.

Depuis le 22 avril, un Centre d’aide multiservice est ouvert de 10 h à 18 h tous les jours au YMCA Cartierville. Par ailleurs, une soirée d’information est prévue ce mercredi 24 avril à 19h au YMCA pour toutes les personnes qui résident dans les zones inondables.