Local

Carlos Leitão en mode réflexion

Carlos Leitão en mode réflexion
Photo: Archives MétroQuebec Finance Minister Carlos Leitao presents the provincial budget, Thursday, March 26, 2015 at the legislature in Quebec City. THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

Le député provincial de Robert-Baldwin et ancien ministre libéral des Finances, Carlos Leitão réfléchit en ce moment quant à la possibilité de briguer la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ).

Sollicité à de nombreuses reprises par des membres et des militants du parti, M. Leitão se donnera l’été pour réfléchir à la question.

«Il y a beaucoup de personnes qui me parlent de ça. Puisque ces conversations et ces coups de téléphone sont quand même assez significatifs, ça m’a fait réfléchir. Je suis loin d’avoir pris une décision, mais je n’écarte rien. Je suis en train de juger si j’ai des appuis et comment ça pourrait se faire», indique-t-il.

À la suite de la défaite des libéraux aux dernières élections générales, M. Leitão avait affirmé à plusieurs journalistes que le prochain chef du PLQ se devrait d’être quelqu’un d’une autre génération que la sienne ou celle de Philippe Couillard.

«En octobre ou novembre, j’avais en tête André Fortin [comme prochain chef]. Je lui ai parlé longuement. Je m’alignais vraiment pour travailler beaucoup dans son équipe. Plus tard, au mois d’avril, André a annoncé qu’il passerait son tour. C’est là que mon téléphone s’est mis à sonner», raconte M. Leitão.

Congrès
Les sollicitations se sont intensifiées lors du dernier congrès du parti, en mai. La course au leadership était le sujet du jour, même s’il n’était pas officiellement à l’agenda. À la surprise du député, un nombre significatif de membres et militants sont venus lui parler à ce sujet.

Dans son discours de clôture, le chef par intérim du parti, Pierre Arcand, a vanté les mérites de l’ancien gouvernement libéral et de son ministre des Finances, notamment pour leur gestion des finances publiques.

«Une ovation debout assez longue s’en est suivie. Je me suis rendu compte que les militants vraiment apprécient le travail que nous avons fait. C’est ça qui a comme canalisé les efforts de réflexion», souligne-t-il.

Environnement
M. Leitão soutient que le prochain chef du PLQ devra faire de l’environnement une priorité.

«Les enjeux climatiques seront extrêmement importants pour les deux ou trois prochaines années. Il y a une réelle urgence. On a encore le temps d’agir. Mais il faut le faire», souligne-t-il.

La désaffection du vote francophone, particulièrement en dehors des circonscriptions de l’Île de Montréal est un problème auquel le prochain chef devra trouver une solution. M. Leitão croit qu’il faut entre autres que le parti redéfinisse sa conception du nationalisme québécois.

«C’est quoi pour nous la place du Québec dans la fédération canadienne ? Comment cela se traduit concrètement, notamment la protection de la langue et la culture ? Même si l’axe fédéraliste-souverainiste n’est plus au centre de la décision politique, l’enjeu de la nation québécoise est toujours très important», souligne-t-il.

L’arrivée de nouvelles formations politiques comme Québec solidaire et la Coalition Avenir Québec et la mise au rencart de la question nationale devrait entraîner une redéfinition du positionnement du PLQ dans l’axe gauche-droite.

«Les partis traditionnels comme le PLQ et le Parti québécois étaient des coalitions. Il y avait des gens de droite, de centre et de gauche coalisées autour de l’enjeu national. Il faut trouver un moyen de refaire cette coalition.

C’est toujours souhaitable pour un parti d’occuper le centre et d’avoir un très grand nombre d’appuis tant à gauche qu’à droite», avance-t-il.

L’ex-ministre des finances souhaite par ailleurs voir le PLQ mettre l’accent sur l’importance de garder les finances publiques en bon état, l’importance des libertés individuelles et le bien être social de la population.