Candidate conservatrice dans Pierrefonds-Dollard

Candidate conservatrice dans Pierrefonds-Dollard
Photo: François Lemieux/Cités Nouvelles

Gestionnaire de placements agréés pour la CIBC, Mariam Ishak en sera à une première expérience politique lorsqu’elle briguera le poste de député fédéral dans Pierrefonds-Dollard au sein du Parti conservateur du Canada (PCC). Âgée de 45 ans, elle fait de l’immigration illégale, l’autonomisation des femmes et l’élimination de l’itinérance des priorités.

Souhaitant pouvoir devenir «la voix de Pierrefonds-Dollard à Ottawa», Mme Ishak souligne que de nombreux résidents rencontrés lors de sa campagne lui ont mentionné vouloir voir le gouvernement fédéral s’attaquer à l’immigration illégale.

S’étant impliquée au sein du Refuge pour les femmes de l’Ouest-de-l’Île qui vient en aide aux victimes de violence conjugale, ainsi qu’au Conseil national des femmes du Canada, Mme Ishak considère la défense des droits des femmes et des enfants comme primordial.

«Beaucoup de choses doivent changer. L’itinérance chez les femmes, le trafic humain: ce sont des problèmes qu’on a dans l’Ouest-de-l’île, mais on pense qu’ils n’existent pas. Mon but sera de travailler avec ces organismes sur le terrain et qui connaissent très bien ces problèmes pour en arriver à une solution», indique la candidate qui a immigré d’Égypte, en 1998.

Château-fort libéral
Depuis la formation de la circonscription, en 1987, les citoyens de Pierrefonds-Dollard ont donné six mandats sur huit à des représentants du Parti libéral du Canada (PLC).

Seuls le progressiste-conservateur Gerald Weiner, en 1988 et la néo-démocrate Lysane Blanchette-Lamothe, en 2011, ont été élus sous une autre bannière que celle du PLC. Mme Ishak se sent tout de même en confiance en vue des élections d’octobre.

«Ce sera un défi, mais ce n’est pas impossible. Je suis impliquée dans la communauté avec plusieurs organismes. J’ai habité Dollard-des-Ormeaux puis L’Île-Bizard. J’ai travaillé la majeure partie de ma carrière ici. Je connais très bien le coin et beaucoup de monde aussi», soutient-elle.

Pris pour acquis
La candidate avance que le PLC prend les électeurs de la circonscription pour acquis. Elle fait remarquer qu’un seul élu de la circonscription a été ministre fédéral depuis 1988.

M. Weiner a notamment été ministre d’État à l’Immigration de 1986 à 1988 et du Multiculturalisme et Citoyenneté, de 1988 à 1991. Devenu ministre du Multiculturalisme et Citoyenneté de 1991 à 1993, il avait aussi été nommé secrétaire d’État du Canada de 1989 à 1991.

«La seule fois qu’on a eu un ministre, c’était avec les conservateurs. Quel changement a-t-on vu dans la région en élisant toujours un député du même parti», se demande-t-elle.

Lors des dernières élections fédérales, en 2015, le Libéral Frank Baylis avait été élu avec plus de 58% du vote populaire. Ce dernier a récemment fait savoir qu’il ne briguerait pas de deuxième mandat, cet automne.