Local

Feu vert pour fermer un site d’enfouissement

Feu vert pour fermer un site d’enfouissement
Photo: François Lemieux/Cités Nouvelles

Les résidents de la rue Oakwood, à Pierrefonds, pourront bientôt enfin respirer. Après plus d’un an d’attente, l’entreprise GFL, qui y possède un site d’enfouissement de matériaux secs, a obtenu un certificat d’autorisation de Québec afin de fermer pour de bon le site duquel s’échappent des odeurs nauséabondes depuis des années.

Après avoir obtenu en juin l’autorisation gouvernementale, GFL a amorcé au début du mois d’août des travaux de recouvrement du site qui est rempli de matériaux secs issus de travaux de construction et de démolition. Le chantier devrait prendre 18 mois et coûtera 6 M$ à réaliser.

Quelque 35 nouveaux puits verticaux seront installés et raccordés à des conduites collectrices afin de capter les biogaz qui sont à l’origine des odeurs dont les résidents du quartier se plaignent depuis de nombreuses années.

Le biogaz capté par ce nouveau réseau d’extraction sera dirigé vers une nouvelle torchère de plus grande capacité assurant la combustion et la destruction complète des biogaz.

Le site sera par la suite entièrement recouvert de plusieurs couches de matériaux comprenant une couche de sable. Celle-ci sera installée directement sur les matériaux secs suivi d’une géomembrane imperméable. Cette dernière empêchera les eaux de pluie d’entrer en contact avec les matériaux enfouis et les biogaz générés par le site d’enfouissement de s’en échapper.

Une seconde couche de sols sera mise en place par-dessus la géomembrane afin d’assurer sa protection. Une couche de sols aptes à la végétation sera également mise en place et ensemencée afin que la végétation puisse y pousser.

Les eaux de ruissellement seront captées et gérées par un système de gestion des eaux qui permettra de les acheminer ultimement vers le réseau d’égout pluvial municipal.

Réactions
«Depuis que GFL a fait l’acquisition du site en 2016, nous nous sommes affairés à élaborer un plan d’action et à demander les autorisations requises pour permettre la mise à niveau des installations et l’amélioration de la qualité de vie des citoyens du secteur» souligne le vice-président, conformité environnementale et opérations d’enfouissement pour GFL, Daniel Brien.

De son côté, le maire de Pierrefonds-Roxboro, Dimitrios (Jim) Beis, se réjouit de cette annonce qui représente selon lui un tournant pour les résidents avoisinant l’ancienne carrière.

«Grâce à notre persévérance auprès des différents acteurs du dossier, nos citoyens pourront enfin bénéficier d’une meilleure qualité de vie et se réapproprier la pleine jouissance de leur propriété», indique-t-il.

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) avait délivré un certificat d’autorisation pour l’installation d’un premier réseau de captage des biogaz et d’une torchère en 2007.

Avec le volume de matériaux accumulés sur le site depuis la délivrance de cette autorisation et le volume de biogaz produit par les matières enfouies, le système actuel ne suffisait plus à la tâche.

GFL a donc demandé une nouvelle autorisation au ministère pour installer un deuxième réseau de puits de captage plus imposant et puissant et l’ajout d’une nouvelle torchère de plus grande capacité avant de procéder à la fermeture complète du site.