Local

Aider les proches aidants

Aider les proches aidants
Photo: Gracieuseté

La proportion de personnes âgées devrait augmenter de 23% d’ici 2030 sur le territoire du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île. La pression sur les proches aidants, des acteurs du réseau de santé dont les efforts ne sont pas toujours reconnus à leur juste valeur, devrait conséquemment augmenter.

À l’occasion de la Semaine nationale des proches aidants, Cités Nouvelles s’est entretenu avec la directrice déléguée à la responsabilité populationnelle et aux partenariats, Dalia Toledano. Elle fait le lien entre les organismes communautaires qui offrent des services aux proches aidants et le CIUSSS.

Question: Quels services sont disponibles aux proches aidants?
Réponse: On a des centres de jour qui donnent du répit à la clientèle, dans nos CHSLD par exemple. On donne aussi des ateliers pour mieux les soutenir dans les CLSC. On offre aussi de l’hébergement temporaire pour donner du répit aux proches aidants et leur permettre de prendre des vacances, notamment.

Question: Qui sont-ils, existe-t-il un profil type?
Réponse: Un Québécois sur quatre aide de cette façon. Un proche aidant sur deux soutient un de ses parents. Plus de 62% des proches aidants auprès des aînés sont âgés de plus de 45 ans. Quelque 60% d’entre eux travaillent. Si on inclut toutes les personnes qui aident les personnes âgées dans l’Ouest-de-l’Île, ça fait 54 000 personnes. Un tiers de ces gens sont issus de l’immigration. Leur nombre s’élève à quelque 7000. Il y a aussi des personnes qui prennent soin d’enfants, de personnes ayant des troubles de santé mentale ou des déficiences intellectuelles.

Question: Quels sont les défis auxquels font face les proches aidants?
Réponse: Elles ont de multiples rôles. De notre côté, on se demande comment on peut leur apporter du répit ou mieux les former. Des fois, ils ne connaissent pas tous les services disponibles pour aider leurs proches. On leur offre du soutien social, de l’accès à différents types de services, comme les aider à faire des transactions bancaires, à gérer l’épicerie et les assurances des personnes qu’ils aident.

Question: Avec la population vieillissante, à quel point les besoins vont augmenter?
Réponse: Dans l’Ouest-de-l’île, la population vieillit à un taux un peu plus accéléré que le reste de Montréal. On offre des services au CIUSSS, mais il va en falloir d’autres.