Local
13:29 21 janvier 2020 | mise à jour le: 21 janvier 2020 à 13:29 temps de lecture: 3 minutes

Les travers de Korine Côté

Les travers de Korine Côté
Photo: Gracieuseté - A. Diotte

L’humoriste Korine Côté s’amène à la salle Pauline-Julien du Cégep Gérald-Godin pour présenter Gros plan, son second one-woman show, un spectacle dans lequel elle aborde des thèmes plus personnels.

«C’est un gros plan sur moi. Quand on se regarde de proche, on est toujours un peu moins beau que quand on se regarde de loin. L’être humain en général n’est pas si bien fait que ça. Je touche aussi à des sujets variés comme la téléréalité et les gens qui ronflent», indique-t-elle.

L’humoriste parle notamment avec autodérision de son enfance passée dans une résidence pour personnes âgées et de sa récente grossesse. L’écriture de Gros plan s’est faite plus rapidement que pour son premier spectacle.

«Je suis quelqu’un qui prend son temps. Ça a pris neuf ans avant que je ne sorte Mon show. Je travaillais en même temps comme auteure et à la radio. J’avais neuf ans de matériel pour choisir des numéros», souligne-t-elle.
Une fois la tournée de son premier spectacle terminée, en 2017, l’humoriste a pris une pause.

«Il y en a qui sortent un deuxième spectacle presqu’immédiatement après le premier. Pendant un an, je ne voulais même pas entendre parler de ça. Ça m’a donné le temps d’écrire pour le plaisir. Créer un deuxième show, ça te met une pression supplémentaire dont je ne voulais pas. Mais après un an, ma gérante m’attendait», explique-t-elle.

La piqure
Mme Côté s’est découvert une passion pour l’humour dès l’âge de huit ans, notamment grâce à l’humoriste François Pérusse. Elle a commencé à envisager d’en faire une carrière lors de ses études collégiales.

«J’étais vraiment une trippeuse d’humour. J’écoutais tout ce qui se faisait et j’aimais l’humour de la relève aussi comme tous les shows de l’École nationale de l’humour qui, dans le temps, passaient à la télé. J’allais aussi voir des matchs d’improvisation et des spectacles», se rappelle-t-elle.

D’une durée de 85 minutes sans entracte, la présentation de Gros plan à la salle Pauline-Julien débute à 20h, le 1er février. Une première partie d’une dizaine de minutes précèdera par ailleurs le spectacle.

Articles similaires