Local
10:46 6 février 2020 | mise à jour le: 6 février 2020 à 10:46 temps de lecture: 4 minutes

Témoigner pour la santé cardiaque

Témoigner pour la santé cardiaque
Photo: GracieusetéKatrysha Gellis est instructrice de RCR à temps plein depuis 2018. Elle enseigne notamment comment se servir d’un défibrillateur automatisé externe.

Victime d’un arrêt cardiaque en 2015, Katrysha Gellis s’implique dans diverses initiatives de sensibilisation pour la santé cardiaque des femmes et les façons de réagir en situation de crise. La résidente de Beaconsfield sera ambassadrice pour l’évènement caritatif annuel Robe Rouge, à Montréal, le mois prochain.

Mme Gellis avait 30 ans lorsque son cœur s’est arrêté de battre soudainement alors qu’elle prenait un repas sur son lieu de travail. Elle a perdu conscience et a arrêté de respirer.

Des collègues ont appelé les secours et lui ont administré la réanimation cardiorespiratoire (RCR). Les pompiers sont arrivés rapidement et lui ont donné deux chocs au moyen d’un défibrillateur. Son cœur s’est immédiatement remis à battre.

«Mes docteurs ne savent pas exactement pourquoi ça m’est arrivé, mais ils m’ont dit que c’est arrivé en raison d’une dangereuse arythmie du cœur. Je n’avais aucun problème de santé sérieux et n’avais eu aucun signe précurseur», précise-t-elle.

Cette dernière s’est depuis fait implanter un défibrillateur cardiaque qui lui administrera un choc électrique de façon automatique au besoin.

Témoignage
Mme Gellis s’implique désormais activement avec Cœur + AVC notamment pour partager son histoire. Elle a obtenu en 2018 une certification pour enseigner la RCR et le fonctionnement d’un défibrillateur automatisé externe (DAE).

«L’arrêt cardiaque peut arriver à n’importe qui à n’importe quel moment. C’est quelque chose de tellement important à savoir. Ce n’est pas nécessairement lié à un mode de vie malsain et ça n’arrive pas uniquement aux gens âgés», indique la trentenaire.

Elle œuvre désormais à temps plein comme instructrice de RCR. Elle participe régulièrement à des évènements organisés par Cœur + AVC afin de partager son histoire, encourageant les femmes à bien s’occuper de leur santé cardiaque et à ne pas ignorer les signes précurseurs.

Dans le milieu de la santé, on associerait traditionnellement davantage les maladies du cœur aux hommes, et ce, même si, au pays, les femmes ont 45% plus de chance d’en mourir.

«C’est d’ailleurs une des raisons pourquoi je me suis impliquée. Je voulais sensibiliser les gens pour faire en sorte que la recherche aide également les femmes. Une proportion importante de la recherche a jusqu’ici a été réalisée sur des hommes. La santé des femmes est différente. Il faut s’assurer que les ressources sont là pour les aider aussi», croit Mme Gellis.

Robe Rouge
La résidente de l’Ouest-de-l’Île participera le 10 février à l’évènement Robe Rouge Montréal qui réunira quelque 300 convives à l’hôtel Bonaventure pour un repas gastronomique et un défilé de mode.

Mme Gellis ainsi que quatre personnes vivant avec les séquelles d’une maladie du cœur ou d’un AVC, défileront sur scène dans des tenues de designers québécois.

Animée par Jean Airoldi et Julie du Page, cette cinquième édition de la Robe Rouge Montréal réunira d’autres célébrités québécoises, soit les médaillés olympiques Alexandre Bilodeau et Joannie Rochette, ainsi que Josée Lavigueur et Donna Saker.

Les maladies du cœur et l’AVC sont les principales causes de mort prématurée chez les femmes au Canada. Les femmes sont dix fois plus à risque de mourir d’une maladie du cœur, d’un AVC ou d’une affection vasculaire connexe que du cancer du sein.

Articles similaires