Actualités

Un marais du Technoparc asséché suite aux travaux du REM?

marais des herons technoparc montreal02
Le marais des Hérons, un milieu humide situé dans le Technoparc Montréal, est inhabituellement sec. Photo: Josie Desmarais/Métro

Depuis quelques jours, le marais aux Hérons du Technoparc se vide, un phénomène directement lié aux travaux du REM, selon le groupe citoyen Technoparc Oiseaux, impliqué dans la protection des lieux.  

Habituellement, le marais aux Hérons est un milieu humide. Sur les images partagées par l’organisme, un trou béant s’est désormais ouvert dans le sol et une section s’est asséchée. 

Actuellement, le tunnelier Alice fore le passage souterrain du Réseau Express Métropolitain (REM) en direction de l’aéroport Montréal-Trudeau. Afin de préserver la biodiversité du Technoparc, il avait été décidé de faire passer le REM sous terre à cet endroit précis.  

«Nous avons appris que nous avons probablement affaire à une situation de « subsidence », soit un affaissement du sol en raison du mouvement des matériaux souterrains, le plus souvent causé par l’extraction de l’eau, du pétrole, du gaz naturel ou des ressources minérales du sol par le pompage.»

Technoparc Oiseaux dans un communiqué de presse

Si le groupe citoyen précise que les «causes et les conséquences de cet affaissement sont encore inconnues», il s’inquiète des répercussions sur la population de poissons l’année prochaine et sur les oiseaux qui s’y nourrissent. «La situation est d’autant plus désolante que les marais environnants (marais d’Ipex et marais des Sources) ne connaissent pas les mêmes baisses de niveau d’eau», ajoute Technoparc Oiseaux dans son communiqué.  

Toujours selon le groupe citoyen, les superviseurs du REM présents sur place auraient déclaré que la situation est due aux fortes chaleurs que la région connait ces derniers jours. «Juillet 2018 a été la pire vague de chaleur depuis 1921 et le marais ne s’est pas asséché comme il l’a fait ces dernières semaines», souligne Technoparc Oiseaux dans son communiqué.  

Contactée par Métro, la CDPQ Infra, qui s’occupe des travaux du REM, n’a pas donné suite.  

D’autres anomalies 

Depuis le début des travaux souterrains du REM, en octobre 2020, d’autres incidents sont survenus. En décembre dernier, le groupe citoyen a remarqué qu’il semblait y avoir des bulles et de l’eau libre dans ce même étang lorsque le reste était gelé.  

Les autorités du REM s’étaient justifiées en expliquant qu’après les travaux, un compactage du sol s’est produit à la surface. «La situation a été signalée aux autorités compétentes. […] Des mesures correctives ont été prises rapidement et la situation est réglée. Une analyse approfondie a été effectuée et l’intégrité des milieux humides situés à proximité n’a pas été affectée», avaient-elles assuré à Technoparc Oiseaux.  

Depuis février 2021, des camions Air Liquide viennent pomper de l’azote liquide dans le sol afin de maintenir la stabilité et de continuer de creuser le tunnel.  

Articles récents du même sujet