Local

Rue de Marseille: Ensemble Montréal évoque le démantèlement des pistes cyclables

Photo: Frédéric Hountondji, Archives Métro

Candidate à la mairie de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Karine Boivin-Roy ouvre la porte au démantèlement partiel ou complet des pistes cyclables de la rue de Marseille, un projet auquel elle avait donné son appui en tant que conseillère de la Ville.

Dans une lettre distribuée aux résidents la semaine dernière, la conseillère sortante du district de Louis-Riel promet de tenir une consultation publique sur les aménagements cyclables de la rue de Marseille. Construits en 2020, ceux-ci suscitent la grogne chez certains résidents et commerçants du secteur.

En plus de l’aménagement de deux voies cyclables tracées chaque côté de la rue, la circulation automobile sur cette dernière a été mise à sens unique.

«Nous vous promettons que nous procéderons au démantèlement soit des deux pistes cyclables, soit minimalement d’une piste cyclable, selon la décision collective citoyenne», peut-on lire dans la lettre distribuée par le parti de Denis Coderre.

Doit-on comprendre que peu importe le résultat d’une consultation publique, il y aurait au moins l’une des deux voies qui seraient démantelées?

«Non, pas nécessairement», répond Mme Boivin-Roy.

L’élue d’Ensemble Montréal déplore que les résidents du secteur n’aient pas été adéquatement consultés et affirme qu’elle reçoit régulièrement des messages de citoyens mécontents.

Elle rappelle qu’une pétition de 1334 signatures demandant le démantèlement de la piste cyclable a été déposée en décembre dernier.

Selon les commentaires qu’elle reçoit de la part des résidents, Mme Boivin-Roy croit que le démantèlement de la voie au nord de la rue de Marseille est la conclusion la plus probable d’une consultation.

Risque de collision

Joint par Métro, Pierre Lessard-Blais se dit très déçu de la sortie de Mme Boivin-Roy, d’autant plus que cette dernière avait voté pour l’aménagement des pistes cyclables sur la rue de Marseille.

«Elle était consciente de l’importance de lien sécuritaire entre Mercier-Ouest et Hochelaga-Maisonneuve, parce qu’il n’y en a aucun, à l’exception de Notre-Dame qui est à l’extrémité sud, et je trouve que c’est très triste qu’elle fasse de la politique de cette manière.»

Concernant la possibilité de démanteler l’une des deux voies, le maire de MHM écarte l’idée de faire une piste bidirectionnelle sur une seule voie.

«Les pistes bidirectionnelles augmentent les risques de collision entre les cyclistes et les automobilistes […] quand tu as des cyclistes qui viennent des deux sens».

Il soutient que si la Ville refaisait des pistes cyclables comme celle sur la rue Rachel dans Le Plateau-Mont-Royal les voies seraient séparées comme sur de Marseille.

Mme Boivin-Roy considère que c’est correct de mettre la sécurité des gens en jeu pour gagner des votes et c’est très malheureux

Pierre Lessard-Blais, maire de MHM

Conseil d’arrondissement

La question des pistes cyclables sur la rue de Marseille a ressurgi lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement de MHM, provoquant des débats animés entre Mme Boivin-Roy et M. Lessard-Blais.

«Pour moi, c’est clair, [Mme Boivin-Roy] souhaite l’abolition de cette piste cyclable sur de Marseille», a affirmé le maire sortant lors du conseil.

Réagissant à ce commentaire, la candidate d’Ensemble Montréal a accusé M. Lessard-Blais de faire de la désinformation, invitant les citoyens à se faire leur propre idée en lisant la lettre.

Articles récents du même sujet