Ahuntsic-Cartierville
19:39 10 février 2021 | mise à jour le: 12 février 2021 à 17:47 temps de lecture: 4 minutes

L’art pour la Saint-Valentin au temps de la COVID

L’art pour la Saint-Valentin au temps de la COVID
Photo: Collaboration spécialeLe professeur Norman Cornett sera le commissaire et le guide de l'exposition Mes coups de cœur.

Fait rarissime en ces temps de pandémie, sept artistes ont été invités à présenter physiquement leurs œuvres dans une galerie d’art éphémère sur la rue Chabanel qui ouvrira ses portes le jour de la Saint-Valentin. Pour se conformer aux conditions sanitaires, les visiteurs doivent prendre rendez-vous et seront guidés par le commissaire de l’exposition.

L’idée a été lancée à la suite d’une discussion entre la propriétaire des lieux, Rosi Maria Di Meglio, et l’universitaire connu pour son approche originale de la compréhension de l’art contemporain, le professeur Norman Cornett.

«Rosi Maria Di Meglio est elle-même artiste. Elle s’est rendu compte qu’il n’y avait plus de débouchées pour les œuvres d’art depuis des mois. On s’est dit, on va faire des gestes concrets en faveur des artistes», raconte M. Cornett.

Ils ont alors aménagé l’atelier de peinture de Mme Di Meglio en galerie pour une exposition comme il s’en faisait régulièrement avant la COVID-19.

Baptisé «Salon des indépendants», cet espace éphémère de plus de 100 m2 ouvrira ses portes au public pour une semaine à compter du 14 février.

«On a appelé l’exposition Mes coups de cœur. On commence le jour de la Saint-Valentin. Il s’agit d’artistes chevronnés qui présentent des œuvres abordables de sorte qu’on puisse en faire des cadeaux», relève M. Cornett qui est aussi le commissaire de cet événement.

La moyenne des prix des toiles oscille autour de 400$. Tous les revenus seront remis aux peintres. Chacun des artistes a créé six peintures, pour un total de 42.

Nécessité

Sur place, la visite devrait durer deux heures au maximum. Toutes les dispositions ont été prises pour que cela se passe dans le respect des mesures sanitaires et en toute sécurité, assurent les organisateurs. Gel alcoolique, masque et même pantoufles seront remis aux visiteurs.

«Les artistes et particulièrement les plasticiens comme on dit, ont conçu leurs œuvres comme des objets d’art et ils ont besoin d’une présence physique et sensorielle. Ils ont besoin qu’on goûte leur art», explique le professeur Cornett.

Pour ajouter une dimension de rencontre et de dialogue à cette exposition, M. Cornett a prévu que chaque jour, au-delà de la Saint-Valentin, un artiste sera présent dans la galerie pour répondre aux questions du public présent.

«Je voulais joindre l’utile à l’agréable dans cette pandémie affreuse. L’avantage, c’est qu’on voit l’art en toute intimité et en toute quiétude», confie-t-il.

Diversité

Le professeur Cornett indique avoir essayé de réunir des artistes canadiens d’horizons divers, autant par les lieux de résidence, les techniques ou les formes d’expression.

«Je voulais une grande variété, une panoplie de styles et d’esthétiques. On a de l’encre japonaise, de l’huile, des pastels, de l’acrylique. On propose de l’abstrait ou du figuratif», énumère-t-il.

La Saint-Valentin est un prétexte. La variété est également dans les âges des artistes. Hans Béchard-Dupuis âgé de 16 ans, qui vient de Saint-Jean-sur-Richelieu, expose aux côtés de peintres établis comme Ramon Kubicek, qui réside en Colombie-Britannique.

Ahuntsic sera représenté par Rosi Maria di Meglio et France Simoneau. Sonia Indelicato Roseval réside aussi de Montréal alors que les artistes Hélène Goulet et Jacques Descoteaux viennent respectivement de l’Outaouais et de Toronto.

Du 14 au 28 février, l’exposition Mes coups de cœur au “Salon des Indépendants” (99, rue Chabanel Ouest, bureau 215). Sur rendez-vous: professeur.norman.cornett@gmail.com.

Articles similaires