Hochelaga-Maisonneuve
13:19 30 juillet 2020 | mise à jour le: 30 juillet 2020 à 13:19 temps de lecture: 3 minutes

La Récolterie Hochelaga-Maisonneuve: des volontaires au service de la communauté

La Récolterie Hochelaga-Maisonneuve: des volontaires au service de la communauté
Julie Payette, une volontaire de la Récolterie, pratique l’agriculture urbaine sur un terrain situé dans Mercier.

S’impliquer dans sa communauté, tout en passant du temps dehors ou avec d’autres gens, c’est ce qui motive des résidents du quartier Hochelaga-Maisonneuve âgés de 18 à 35 ans à participer au projet de volontariat la Récolterie.

L’initiative du Carrefour jeunesse-emploi Hochelaga-Maisonneuve a été créé en 2016 dans le cadre du volet volontariat du programme Créneau carrefour jeunesse financée par le Secrétariat à la jeunesse.

Durant la saison estivale, les participants ont le choix de s’impliquer dans différentes initiatives locales d’agriculture urbaine, de verdissement ou de sécurité alimentaire à travers des projets des organismes comme l’Éco-quartier H-M, Y’a QuelQu’un L’Aut’Bord du Mur, la Cuisine Collective H-M, le Marché Solidaire, la Pépinière, Les Jardineries, le Chic Resto pop ainsi que Biquette au Parc Maisonneuve.

«C’est un échange de service, explique la coordonnatrice et accompagnatrice de la Récolterie, Victoria Rodriguez. Eux nous offre un terrain d’implication où on peut aller apprendre et on leur fournit des volontaires.»

Ces derniers peuvent s’engager chaque semaine selon leurs disponibilités. En échange de trois heures, ils reçoivent 20$ d’indemnisation financière.

Monique Hardy est volontaire depuis plus de trois ans.

«Se ressourcer»

Monique Hardy-Berlinguet en est à sa quatrième année en tant que volontaire au sein de la Récolterie. «J’ai fait un peu de tout. Ma préférence, c’est vraiment me mettre les mains dans la terre», admet-elle.

Détentrice d’un baccalauréat en philosophie et d’un DEC en informatique, Mme Hardy-Berlinguet estime que la Récolterie lui permet de trouver «un équilibre» dans son quotidien.

«C’est surtout pour me ressourcer, pour être dans ma bulle dans le jardin. Avec la philosophie et l’informatique, je touche beaucoup à mon côté intellectuel ou virtuel, mais là c’est mon côté manuel qui ressort. Ça fait du bien, ça m’enracine», explique-t-elle.

Apprendre

Pour sa part, Julie Payette est à son premier été à la Récolterie, mais compte déjà plusieurs heures de volontariat à son actif.

Après des études en bio écologie, puis en communication et développement durable, la jeune femme estime que le projet correspond parfaitement à ses valeurs.

Résidente d’Hochelaga-Maisonneuve depuis un an, Mme Payette se réjouit de pouvoir s’impliquer dans sa communauté tout en apprenant davantage sur le jardinage, par exemple.

Monique Hardy-Berlinguet et Julie Payette s’entendent pour dire que leur engagement leur a permis de connaître davantage le quartier dans lequel elle vivent.

18

Il y a présentement 18 volontaires actifs à la Récolterie

Articles similaires