Hochelaga-Maisonneuve

Réal Ménard qualifie Éric Alan Caldwell de «touriste»

Réal Ménard
Le vétéran Réal Ménard souhaite retrouver la confiance des gens dans Hochelaga. Photo: Jason Paré, Métro

Dévoilant certains de ses engagements pour le district Hochelaga, le candidat d’Ensemble Montréal Réal Ménard n’a pas hésité à qualifier son adversaire de «touriste».

Au printemps dernier, Réal Ménard ne fermait pas la porte à un retour en politique, mais ce n’est que le 23 août que sa candidature a été confirmée par Denis Coderre.

En revanche, ce n’est pas la mairie de MHM que brigue le politicien d’expérience — un poste qu’il a occupé de 2009 à 2017 — mais bien le siège de conseiller pour le district Hochelaga.

M. Ménard explique que sa motivation première face à ce retour en politique est d’avoir des équipements collectifs dans le quartier.

«Aussi, avoue-t-il, je m’ennuyais de la politique. Le goût du débat public, et celui de se retrouver dans une équipe… J’ai fait dix campagnes électorales et en ce moment, celle-ci est l’une des plus belles que je vis, parce que tout est organisé au quart de tour. »

Et pourquoi le district Hochelaga?

«Parce que c’est le quartier où je suis né et où j’habite depuis 59 ans.»

M. Ménard a conscience que c’est un quartier plus difficile à aller chercher pour Ensemble Montréal, mais à ses yeux, c’est un très beau défi de retrouver la confiance des gens.

«En même temps, il y a énormément d’insatisfaction. Je le dis sans méchanceté, Éric Alan Caldwell a été un touriste dans son district. Il a choisi la ville-centre, il n’a pas choisi Hochelaga. Il venait à l’occasion, quand il avait des annonces à faire. Les gens veulent des élus de proximité. C’est ça, le municipal.»

Éric Alan Caldwell affirme que ses actions au comité exécutif profitent à l’arrondissement MHM.
Crédit: Jason Paré, Métro Média

Profitable pour l’arrondissement

Réagissant à ces propos, M. Caldwell dit refuser de tomber dans ce genre d’attaques.

«M. Ménard me connaît comme élu. On a siégé ensemble en 2013-2017. Il sait comment je travaille sans arrêt. C’est ce que j’ai continué à faire. J’ai travaillé différemment, parce que oui, j’avais des responsabilités à la ville-centre et je suis très fier de ce que j’y ai accompli.»

Le responsable de l’urbanisme et de la mobilité au comité exécutif soutient que le programme de la sécurisation aux abords des écoles et la révision de tous les feux de circulation pour donner plus de temps aux piétons profitent à l’arrondissement.

«Donc oui, j’ai fait un peu moins de réunions, mais plus d’action pour le quartier.»

M. Caldwell ajoute que son expérience et sa compréhension de la ville viennent d’Hochelaga, «et ça, ça me guide dans l’ensemble de mes actions à la ville-centre.»

«Ces actions se répercutent sur le quartier. Les gens que je rencontre comprennent qu’entre le conseiller de l’opposition que j’étais, et l’actuel responsable de la mobilité au comité exécutif qui gère 10 000 dossiers, j’ai dû travailler différemment», affirme-t-il.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet