IDS-Verdun

Raconter l’histoire des luttes féminines dans un roman de suspense

Micheline Lachance. Photo: Katrine Desautels

L’autrice Micheline Lachance a récemment publié son dernier roman, Ne réveillez pas le chagrin qui dort aux éditions Québec Amérique. Il s’agit d’un thriller psychologique, un style qui tranche avec les précédents ouvrages de Mme Lachance qui sont plutôt à caractère historique. Les moments marquants de l’histoire des années 1970 et 1980 sont toutefois en toile de fond du récit.

«Jusqu’ici, je faisais des biographies et des romans historiques. J’étais toujours en histoire, c’était ma passion, relate Mme Lachance, qui réside à L’Île-des-Sœurs. Cette fois, j’avais envie de fouiller mon époque, les années de ma jeunesse.»

Ne réveillez pas le chagrin qui dort raconte l’histoire d’une jeune femme qui, en lisant le journal, tombe sur un avis de décès d’une personne qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau. L’héroïne voudra savoir qui est cette femme décédée et se lancera dans une quête qui révélera «des vérités qu’elle aurait sans doute préféré ignorer.»

Je ne savais pas que lorsqu’on écrit sur une période qu’on a connu soi-même, des souvenirs s’infiltrent insidieusement et que, tout à coup, ils prennent leur place dans le roman

Micheline Lachance

L’idée de ce roman est inspirée d’un fait vécu. Il y a quelques années, Mme Lachance a découpé une photo d’une femme qui lui ressemblait énormément de la section nécrologie d’un journal : «Je me suis demandé ce que ça fait lorsqu’on voit ça. Dans le cas de mon roman, cela transforme toute une vie », raconte l’Insulaire.

Au fil des 273 pages, on retrouve des clins d’œil à des événements importants de la deuxième moitié du 20e siècle, comme la crise d’octobre et le référendum. L’autrice s’attarde plus précisément sur un événement qui a marqué sa génération de femmes, la saga du docteur Henry Morgentaler. «C’était le seul médecin à Montréal qui acceptait de faire des avortements», explique Mme Lachance.

L’autrice est minutieuse lorsqu’il s’agit de raconter l’histoire. Elle débute en faisant la chronologie des événements historiques d’une période, puis réfléchit à la façon dont elle peut les insérer dans son manuscrit. Elle a travaillé pendant trois ans sur son dernier livre, incluant la recherche qu’elle y a consacrée.

«Pour moi, c’est important qu’on sente bien l’époque», dit-elle. L’autrice a même fouillé dans des albums photos afin de savoir comment habiller ses personnages. «Cela m’a amusé qu’il y ait autant de points en communs avec la vie d’aujourd’hui, souligne Mme Lachance. Par exemple, de grands cheveux longs raides, des jupes courtes et des voyages en sac à dos.»

Condition de la femme

Parmi les autres thèmes du roman, il y a celui des relations mères-filles ainsi que la blessure du père manquant. «Mon héroïne sent que son père ne l’aime pas et ne sait pas pourquoi. Les pères de ma génération étaient des hommes souvent très puissants, autoritaires et libertins sur les bords. Je voulais mettre l’accent sur le père manquant», mentionne Micheline Lachance.

L’autrice s’est inspirée d’une rencontre qu’elle a eue avec les femmes avec lesquelles elle a étudié le journalisme dans les années 1990. Le but de cette réunion était de savoir ce qui s’était passé dans leur vie respective au cours des 20 dernières années. «Le mot liberté était sur toutes les lèvres», se souvient la résidente de L’Île-des-Sœurs.

Elle a voulu dans son dernier livre montrer l’avancement des femmes pendant ces décennies, mais aussi les difficultés qui perduraient. Par exemple, il y a eu des acquis par rapport à la liberté sexuelle, mais il n’y avait pas beaucoup de moyens de contraception. Aussi, le droit de faire carrière était assez nouveau, mais il n’y avait pas de congé de maternité ni de garderie.

«Ce n’est pas un livre à message, mais je voulais qu’on voie la progression des femmes pendant cette période», précise Mme Lachance. Elle estime que les jeunes femmes d’aujourd’hui ne sont sans doute pas conscientes des défis d’autrefois comme le fait que les femmes seules ne pouvaient pas avoir de compte en banque sans avoir un endosseur.

 Il y aura assurément un prochain roman pour Micheline Lachance, mais elle n’a pas encore trouvé le sujet sur lequel elle se penchera. Elle est tentée de retourner à son style plus historique, mais les réactions ont été si positives pour ce dernier roman qu’elle pense aussi se lancer à nouveau dans un récit «plus actuel».

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de IDS-Verdun.

Articles récents du même sujet