IDS-Verdun

Le nouveau trajet de l’autobus 12 Île-des-Soeurs suscite de la grogne

Photo: Sylvain Gagnon/TC Media

Des résidents de L’Île-des-Sœurs, dont les membres de l’Association des propriétaires et résidents de L’Île-des-Sœurs (APRIDS), dénoncent les modifications prévues au trajet de l’autobus 12. Craignant que le prolongement du trajet ralentisse l’arrivée des usagers au métro, ils demandent à la Société de transport de Montréal (STM) de retourner à la planche à dessin.

D’ici la fin 2015, il est prévu que l’autobus 12 emprunte le boulevard Gaétan-Laberge, pour se diriger vers la station de métro de l’Église, en passant par l’Hôpital de Verdun.

Cela aura pour effet de retarder l’accès au métro, car le trajet actuel permet aux usagers de débarquer à la station LaSalle rapidement.

Selon la STM, il y a eu en moyenne 2 522 usagers par jour dans l’autobus 12 et 6 884 dans l’autobus 168, cet automne. On peut multiplier ce nombre par deux pour tenir en compte des allers-retours.

Accès au métro
«La grande majorité des usagers de la ligne 12 recherchent un accès direct au métro afin de circuler en direction du centre-ville, argue Philippe Tremblay, usager de l’autobus 12 et résident de L’Île-des-Sœurs. Lorsque je débarque de l’autobus 12 chaque matin à la station LaSalle, au moins 90% des usagers se trouvent sur le quai en direction centre-ville.»

Il ajoute que la modification au trajet de l’autobus 12 se «produira sensiblement en même temps que Montréal prévoit démolir une section de l’autoroute 10, allongeant ainsi le trajet de la ligne 168».

«Après des années de retards causés par la construction sur les autoroutes 15, 10 et 20 et leur accès, voilà que Montréal va définitivement réduire la qualité du transport en commun desservant l’Île-des-Sœurs. Pourtant, un des attraits principaux de l’Île-des-Sœurs est l’accès au centre-ville de Montréal», déplore-t-il.

«Le service du 12 laisse déjà beaucoup à désirer, et maintenant, vous nous apprenez que nous devrons passer plus de temps dans les autobus déjà surchargés de monde et loin d’être à l’heure, témoigne Marie-Claude Di Bello, résidente de l’Île-des-Sœurs. Aux heures de pointe, la clientèle de la STM est principalement des travailleurs et des écoliers.»

Manque de communication
Daniela Villatora, présidente de l’APRIDS, décrie ce qu’elle considère être un manque de communication entre l’arrondissement et les résidents de l’île.

«J’ai lu la nouvelle concernant les modifications dans le Messager de Verdun. Le processus est donc entamé depuis des mois. Je suis désagréablement surprise de ça. Il me semble que la moindre des choses, c’est d’aller voir les usagers actuels du 12.»

Affirmant avoir reçu plusieurs appels d’usagers préoccupés, elle croit que cette modification pourrait pousser plus de résidents à utiliser la voiture.

«La desserte d’autobus sur Gaétan-Laberge, c’est excellent, dit-elle. Mais [le maire] aurait pu sonder les usagers, contacter l’APRIDS ou d’autres associations pour voir ce qu’ils pensent», soutien Mme Villatora, demandant à l’arrondissement de tenir une consultation afin de trouver un compromis.

Beaucoup d’appels de félicitations
Le maire de Verdun, Jean-François Parenteau, est formel: on ne prévoit que quatre minutes de plus pour l’accès au métro; un bref retard qui permettra aux «personnes âgées de pouvoir prendre l’autobus.»

Membre du conseil d’administration de la STM, M. Parenteau dit regarder et analyser tous les courriels des citoyens.

«J’ai vérifié avec le service à la clientèle de la STM pour voir quelles réponses avaient été reçues suite à la médiatisation de la modification. On m’a répondu que les employés n’avaient reçu que des appels de félicitations, pas une seule plainte! Paraît-il que la STM n’a jamais vu ça.»

Le maire se dit ouvert à la discussion, mais rappelle qu’il doit ultimement trancher.

«Je ne gère pas l’arrondissement en conséquence de groupes de pression, mais d’une vision, explique le maire. J’y vais au meilleur de ma connaissance et pour le bien de l’ensemble des citoyens. On ne peut pas faire un référendum pour chaque décision que l’on prend, on n’avancerait pas.»

Il ajoute que la modification au trajet devait se faire de toute façon, à cause du chantier de construction du nouveau pont Champlain. La rue Gilberte-Dubé deviendra à sens unique et l’autobus ne pourra plus emprunter la voie.

Isabelle Tremblay, porte-parole de la STM, n’a pas voulu commenter le dossier à ce moment.

Articles récents du même sujet