IDS-Verdun

Étudier à l’École de cirque

Photo: Capture d'écran

Ne devient pas contorsionniste qui veut. Cette discipline est réservée à certaines personnes ayant une importante souplesse et une aptitude physique naturelle. Alyssa Pelletier a eu la chance de découvrir son talent assez tôt et s’est lancée dans l’aventure.

À 15 ans, la jeune fille rêve d’intégrer une troupe professionnelle. Elle fréquente l’École de cirque de Verdun depuis huit ans et s’y adonne, en plus de la contorsion, à toutes les disciplines, que ce soit le trampoline, l’équilibre, la jonglerie, la gymnastique et le théâtre.

«Nous l’encourageons plus que tout, car elle s’entraîne très fort», mentionne sa maman, Nancy Nadeau, elle-même sportive.

Alyssa passe environ sept heures par semaine en gymnase, selon la tolérance de son dos. Déjà petite, elle s’exerçait chez elle. «Je regardais souvent des vidéos de contorsion, ça m’intriguait de savoir comment elles faisaient ça, alors j’ai essayé et j’avais un talent», se souvient-elle.

Elle maintient sa souplesse depuis, mais s’entraîne plus sérieusement depuis deux ans. Alyssa adore voir la réaction des gens lorsqu’elle s’exécute. «À chaque fois, ça me fait sourire d’attendre des ‘yarks’, ça veut dire que je suis une bonne contorsionniste», s’exclame-t-elle.

Études

La fermeture temporaire de l’École de cirque en raison des rénovations n’a pas eu d’impact sur son entraînement. Les étudiants ont été transférés dans un autre gymnase, plus petit certes, mais tout de même adéquat.

Les travaux se déroulant selon l’échéancier prévu, Alyssa pourra intégrer les nouveaux locaux à la rentrée de septembre. «Quand nous avons vu son intérêt pour le cirque, nous n’avons pas hésité à l’inscrire à cette école», indique Mme Nadeau.

L’adolescente est toutefois réaliste. S’il lui est impossible d’intégrer un cirque professionnel, Alyssa souhaite devenir chirurgienne cardiaque.

Articles récents du même sujet