Lachine & Dorval

Lancement officiel de la campagne

Mairesse et candidate à la mairie de Lachine, Maja Vodanovic Photo: Denis Germain

Le 17 septembre marque le début de la période électorale municipale qui se terminera avec le scrutin du dimanche 7 novembre. Accompagnée par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, l’équipe de Maja Vodanovic, en quête d’un deuxième mandat, a officiellement lancé sa campagne à Lachine.

Mme Plante a profité de l’occasion pour rappeler la conviction en une promesse fondamentale de sa campagne de 2017: la ligne rose à Lachine. Si le projet prend «plus longtemps que prévu», la mairesse se réjouit que cet ajout à l’offre de transport en commun dans l’ouest de l’île est «dans les livres comptables» du Plan québécois des infrastructures.

«La ligne rose, j’y crois. On a lancé des études de faisabilité et tous les experts s’entendent», exprime Mme Plante.

Les deux mairesses se sont également adressées aux partisans et bénévoles de Projet Montréal sur la scène du parc de la 11e Avenue.

«On a réalisé des changements qu’on n’aurait jamais pensé accomplir. On est allé chercher de l’argent pour la ligne rose, un plan pour un écoquartier et un terrain pour le nouveau centre sportif», soutient Mme Vodanovic.

Le parti de Denis Coderre, Ensemble Montréal, vient de choisir Josée Côté comme candidate à la mairie de l’arrondissement en remplacement de Julie-Pascale Provost, qui s’est retirée de la course. Ensemble Montréal devrait également annoncer prochainement une candidature pour le poste de conseiller d’arrondissement dans le district J.-Émery-Provost.

Le vote par anticipation aura lieu les 30 et 31 octobre.

Retour sur le premier mandat

La mairesse de l’arrondissement depuis 2017, Maja Vodanovic, porte un regard positif sur son travail et les apprentissages de son premier mandat.  

Tous les projets qu’on a réalisés dans les dernières années sont grâce au travail des gens impliqués à Lachine. Il y a une forte mobilisation citoyenne et c’est ce qui encourage le progrès.

Maja Vodanovic

Au départ, elle se demandait si elle allait avoir la capacité d’aller chercher l’argent nécessaire pour financer tous les besoins de l’arrondissement vieillissant.

«À Lachine, je n’ai pas tous les pouvoirs. Ce que j’ai, c’est un pouvoir de négociation», ajoute-t-elle.

Une certaine période d’adaptation lui a été nécessaire avant d’être à l’aise à la mairie et elle souhaite mettre à profit les apprentissages qu’elle retire de son premier mandat dans les quatre prochaines années.

«Maintenant, je sais comment fonctionne la machine. Je peux maintenant prendre un peu de recule et mieux évaluer les projets essentiels qu’on doit mener à terme», rapporte-t-elle.


Articles récents du même sujet