Lachine & Dorval

Baignade au nouveau parc riverain

les quais de l'ancienne marina seront réaménagés pour pratiquer la baignade sportive au nouveau parc riverain de Lachine.
Les quais de l'ancienne marina seront réaménagés pour pratiquer la baignade sportive au nouveau parc riverain de Lachine. Photo: Facebook, Équipe Maja pour Lachine

À la source du fleuve Saint-Laurent, proche du lac Ontario, le Breakwater Park à Kingston est l’inspiration derrière le projet de nouveau parc riverain à Lachine. En entrevue avec Métro, la mairesse de Lachine, Maja Vodanovic, exprime son souhait de réaménager les berges pour permettre aux locaux de se baigner, de pêcher ou de pagayer.

La péninsule où se trouvait l’ancienne marina entre le parc René-Lévesque et la promenade Père-Marquette est en processus de devenir un pôle nautique et récréatif à Montréal où les riverains pourront profiter du lac dans des eaux sécuritaires, loin des bateaux à moteur et des rapides.  

D’après les conseils du Service des grands parcs de la Ville de Montréal, le nouveau parc riverain s’inspire du Breakwater Park en Ontario, qui constitue le premier accès à la baignade sur un quai commercial fédéral. À la place des bateaux à moteur et voiliers, on trouve au bout des quais des jeunes qui plongent dans l’eau, des pêcheurs, et une descente à bateaux aménagée pour les kayaks, canoës et planches à pagaie.  

La Ville de Montréal a investi 25 M$ pour réaménager plusieurs endroits au bord du lac Saint-Louis à Lachine. L’ancienne marina, le Quai 34 ainsi que les berges du parc René-Lévesque seront réaménagés, et les deux péninsules qui longent le lac Saint-Louis seront reliées par une passerelle.

Un lieu pour les locaux

Maja Vodanovic souhaite que le nouveau parc riverain prenne en compte les besoins des riverains, pour que «Lachine devienne leur chalet». Comme à Kingston, l’Arrondissement n’a pas l’intention d’aménager une plage pour y ramener des touristes, mais bien de créer des espaces pour encourager les locaux à profiter des berges du lac. Les quais de l’ancienne marina seront réutilisés pour de la baignade sportive, avec une échelle pour remonter sur le quai.

La mairesse assure néanmoins qu’une «multitude de surfaces où les gens peuvent chiller» sera aménagée, tels du sable et des espaces gazonnés pour prendre le soleil et faire du volleyball de plage.  

D’après le Service des grands parcs, le nouveau parc riverain est le meilleur endroit pour la baignade dans le secteur. L’eau y est très profonde et de bonne qualité, d’autant plus que l’endroit est loin des rives et des rapides. «Même avec la pluie, il n’y a pas de contamination [de l’eau] à cet endroit-là», explique la mairesse. Un test pour la qualité du sol reste à faire en septembre pour conclure le projet de baignade.

Des défis à relever

Il n’y a pas de sauveteur au Breakwater Park et les riverains se baignent à leurs risques et périls. Mais au Québec, Mme Vodanovic estime que c’est plus compliqué. La Ville aurait émis des réserves quant au manque de sauveteurs dans le secteur. Selon elle, «les questions de responsabilité et de liberté» sont encore à explorer. Néanmoins, «personne ne peut nous interdire de nous baigner dans le fleuve», soutient-elle.

Pour ce qui est de la pêche, la mairesse se dit ouverte aux propositions. Le Club des pêcheurs et des chasseurs sportifs du lac Saint-Louis pourrait jouer un rôle dans le nouveau parc riverain, mais rien n’a été décidé pour le moment. «Ce que je souhaite c’est qu’ils fassent partie intégrante de cette vision et qu’ils nous aident à la bâtir», précise-t-elle

Le président de Muskies Canada, un club de pêche sportive et de recherche, a aussi exprimé son souhait de faire de l’élevage d’esturgeon jaune, une espèce en danger, dans les rapides du parc René-Lévesque.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Lachine & Dorval.

Articles récents du même sujet