LaSalle

En théorie et pratique

Photo: Gracieuseté

Une première cohorte d’élèves étudiera et recevra un salaire grâce à une nouvelle formation en alternance travail-étude du Centre intégré de mécanique, de métallurgie et d’électricité (CIMME), à LaSalle.

Avec le programme de techniques d’usinage, qui démarrera en janvier, les élèves alterneront entre un mois dans les locaux du centre et un autre en entreprise, où ils seront rémunérés à hauteur de 13$ de l’heure.

«Ils vont connaître tout de suite les vraies implications du métier, les besoins sur le terrain, les contraintes de production et vont progresser plus vite, explique le directeur du CIMME, Serge Robitaille. Ils auront aussi l’opportunité de travailler sur des équipements que nous n’avons pas nécessairement ici, étant donné leur prix.»

Ce type d’enseignement est déjà implanté en Europe, et a fait ses preuves. «Le CIMME reçoit des élèves de France en échange et obtient beaucoup de retours positifs des entreprises sur leurs capacités et leur autonomie», ajoute-t-il.

Pénurie
Les entreprises dans le domaine de l’usinage sont présentement en pénurie de main-d’œuvre, tandis que les centres de formation bataillent pour intéresser des élèves aux techniques d’usinage.

Cette approche duale serait bien plus attrayante pour les étudiants qui n’ont pas à chercher un job d’appoint pour subvenir à leurs besoins, selon M. Robitaille. Une hypothèse qui se confirme alors que 12 élèves se sont déjà inscrits, sur une quinzaine de places disponibles.

«De leur côté, les entreprises sont satisfaites, car elles comblent leur besoin de main-d’œuvre», ajoute-t-il.

Le CIMME a établi un partenariat avec 16 employeurs du secteur de l’usinage dont Pratt & Whitney Canada ou l’entreprise d’aérospatial Hess.

«Ce qui est intéressant est que l’entreprise fait partie intégrante de l’enseignement. Il y aura au moins un superviseur sur place qui aura été préalablement formé pendant 60 heures», indique-t-il.

Cette idée découle d’une volonté ministérielle d’implanter l’approche duale au Québec. Pour le directeur du CIMME, l’alternance représente l’avenir de nombreux programmes dans les centres de formation.

Articles récents du même sujet