LaSalle

Vers un quartier culturel à LaSalle

Vers un quartier culturel à LaSalle
Photo: Gracieuseté - Arrondissement de LaSalleL'ancien hôtel de ville de LaSalle sera restauré prochainement.

La transformation de l’ancien hôtel de ville de LaSalle, un pilier du projet de quartier culturel de l’arrondissement, va de l’avant. Un permis de construction a été délivré par le comité exécutif de la Ville de Montréal pour que le bâtiment patrimonial soit agrandi et rénové.

Ayant eu la vocation d’hôtel de ville pendant plus de 70 ans, le bâtiment sera restauré pour mettre en valeur ses caractéristiques distinctes des années 1950.

Avant d’entreprendre le chantier, l’endroit et les alentours seront l’hôte de fouilles archéologiques. Les travaux de démolition sélective et de décontamination doivent débuter durant l’année en cours, tandis que le réaménagement se fera en 2020. L’ouverture au public est prévue pour 2021.

«La création de ce nouveau lieu permettra d’accueillir la collection d’œuvres d’art de l’arrondissement et développer des activités liées au patrimoine», déclare la mairesse de l’arrondissement de LaSalle, Manon Barbe.

L’édifice est situé tout près du Moulin Fleming qui a déjà été mis à niveau.

L’ancien hôtel de ville de LaSalle est aussi connu sous le nom de Maison Brunning.

Grande valeur historique
Pour l’historien, Denis Gravel, l’endroit où siègera ce nouveau pôle culturel prendra racine sur un terrain riche en histoire.

Les fouilles archéologiques qui devraient avoir lieu dans le parc Stinson et autour du 13, avenue Strathyre pourraient révéler des éléments importants du passé laSallois, selon lui.

«Le quartier Highlands en soit, c’est de l’histoire», dit-il.

Par exemple, il explique que l’ancien hôtel de ville a déjà abrité le siège social des pompiers et de la police de LaSalle. Il n’est pas impossible de retrouver leurs outils.

«Le sous-sol conserve une partie du patrimoine et c’est ça qui peut révéler bien de l’histoire.»
— Denis Gravel, historien

Il croit que ces recherches permettront possiblement d’en apprendre plus sur William Fleming, le bâtisseur du moulin. M. Gravel estime toutefois que les résultats des fouilles risquent d’être moins concluantes autour de l’ancien hôtel de ville.

Par ailleurs, M. Gravel croit que les archéologues tenteront de trouver les fondations du fort Lachine dans ce secteur, ce qui ne sera pas une mince tâche. Selon lui, les différents travaux au fil des années dans le quartier et l’ajout de rues rendent difficile le travail des professionnels.

«Le problème avec le développement de LaSalle, c’est la destruction du patrimoine bâti», avoue-t-il.

Il précise que des fouilles archéologiques se sont déjà tenues dans le parc Stinson. Des fondations des bâtiments comme la maison du meunier avaient été retrouvés, près du Moulin Fleming.

10M$
Afin de réaliser les multiples travaux nécessaires à la création du pôle culturel, près de 10M$ seront investis, entre autres, pour la restauration des bâtiment et les fouilles archéologiques dans le parc Stinson et à l’ancien hôtel de ville, situé au 13, rue Strathyre.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • JACQUES PICHER

    Bien que ce soit de beaux aménagements, on peut constater, une fois de plus, que la congestion et la difficulté de se déplacer fait partie de la culture Montréalaise. Il semblerait que les personnes qui sont responsables de ce projet (gestion et design) ne savent pas qu’ici, au Québec, … il y a l’hiver !

    Prenez, par exemple la forme et l’orientation des stationnements ainsi que les passages étroits pour y entrer et en sortir. De plus, il pourrait y avoir une 2ième sortie à l’autre bout du stationnement qui fait face à la rue Stirling afin de faciliter la circulation dans le stationnement.

    Les petits triangles de gazon ne font que rendre le déneigement plus difficile et plus couteux. C’est vraiment du n’importe-quoi.

    Alors, pourquoi ne pas utiliser le stationnement automobile sur toute sa largueur (entre Stirling et Strathyre) et déplacer les bicyclette en face du bâtiment principal sur la rue Strathyre. De cette façon, le stationnement remplierait sa vraie fonction …. qui est de contenir des autos. Ainsi, les visiteurs du centre culturel, trouvant un espace de stationnement suffisant, n’auraient pas l’obligation de garer leur voiture dans les rues avoisinantes … Et je peux dire que celà garderait le côté paisible des gens du quartier et les rendraient très heureux.

    Ceux qui pensent, que l’automobile va disparaître un jour, sont déjà dépassés. La seule chose, qui changera vraiment, sera son moteur qui deviendra de plus en plus écologique. Mais, les difficultées à se déplacer seront toujours là … à cause des étranglements qu’il y a partout sur les coins de rues et dans les stationnements.

    Auparavant, les routes et les stationnements étaient conçus pour accélérer et faciliter la circulation … ainsi que pour répondre aux situations d’urgence. Hélas ! maintenant l’optique à changé. Nous avons une culture de cloisonnement et de contrôle des routes et des stationnement … rendant, ainsi, la circulation et les états d’urgence difficiles à gérer.

    Les lois et les règlements doivent s’adapter aux changements qui fluctuent, sans cesse, afin de pouvoir desservir les gens et leur laisser la place qui leur revient de plein droit dans leur environnement immédiat !