LaSalle
05:00 2 octobre 2020 | mise à jour le: 3 octobre 2020 à 13:38 temps de lecture: 4 minutes

COVID-19: un élève inquiet de la contamination au CÉA de LaSalle — édifice Clément

COVID-19: un élève inquiet de la contamination au CÉA de LaSalle — édifice Clément
Photo: Denis GermainAlain Racicot est déçu du non-respect des normes sanitaires à l’édifice Clément du Centre d’éducation des adultes de LaSalle.

Les mesures sanitaires ne seraient pas respectées au Centre d’éducation des adultes (CÉA) de LaSalle – édifice Clément. On y dénombre désormais au moins un cas de COVID-19 déclaré et ce ne serait que la pointe de l’iceberg.

Alain Racicot, qui est également inhalothérapeute, dénonce les agissements d’autres étudiants dans l’établissement de la rue Jean-Milot.

Comme les adultes sont plus susceptibles de se contaminer entre eux, il estime que les manquements mettent tous les étudiants à risque. Certains renifleraient et éternueraient sans le faire dans leur coude, d’autres omettraient de porter un couvre-visage dans leurs déplacements ou aux toilettes.

Il juge également que la direction fait preuve de laxisme, ne rendant pas obligatoire le port du masque en classe. De plus, il y a peu de ventilation à l’édifice Clément, plaide M. Racicot, qui déplore aussi le manque de désinfectant à main et de serviettes de papier pour s’essuyer après un bon lavage.

Plaintes

Frustré, Alain Racicot s’est adressé au Protecteur du citoyen du Québec qui l’a ensuite référé au Commissaire aux plaintes et à la qualité des services du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, tout en mettant en copie le CÉA de LaSalle.

«Malheureusement, rien n’a été fait. J’ai donc commencé à porter la visière. Des élèves ont commencé à rire de moi. Certains faisaient même exprès d’enlever leur masque juste à côté de moi», dit-il.

Il a persévéré et a décidé d’envoyer une nouvelle missive, le 17 septembre, cette fois en s’assurant d’en acheminer une copie au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. Pour toute réponse, il n’a eu qu’un accusé de réception.

Contamination

Un exercice d’évacuation en cas d’incendie, le 23 septembre, serait possiblement à l’origine de la contamination à la COVID-19. Un cas a été déclaré quatre jours plus tard.

Selon M. Racicot, plusieurs personnes ne portait de masque au moment de la simulation.

Il s’explique d’ailleurs bien mal pourquoi les CÉA sont encore ouverts, alors que plusieurs industries comme la restauration doivent fermer leurs portes.

C’est aux autorités de voir à la sécurité dans les lieux, surtout lorsque la situation est signalée. Le problème, c’est que tout le monde se lance la balle.» – Alain Racicot

«Au niveau des adultes, il n’y a pas d’excuse. Je comprends que les gens doivent poursuivre leurs études, mais ça devrait se faire à distance. Mon but n’est pas de faire du trouble, mais d’alimenter la réflexion sur un risque sanitaire qui est dans l’angle mort des autorités», croit M. Racicot.

Il soutient d’ailleurs que cette situation est causée, entre autres, par le sous-financement du Centre de services scolaire Marguerite-Bourgeoys (CCSMB) et du ministère de l’Éducation pour prévenir la propagation du virus.

Suites

Alain Racicot s’est entendu avec la direction du centre pour poursuivre ses cours à distance.

L’édifice Clément est le deuxième immeuble du CÉA de LaSalle à être touché par un cas de COVID-19. Il demeure ouvert pour l’instant. Les personnes atteintes ou à risque ont été averties et doivent demeurer en isolement.

Le CIUSSS et la CCSMB ont refusé de commenter les plaintes de M. Racicot. «Le CÉA de LaSalle a mis en place toutes les directives dictées par la Direction de la santé publique», affirme tout de même la porte-parole de la CCSMB, Annie Bourassa.

Au moment d’écrire ces lignes, personne au ministère de l’Éducation ne pouvait répondre à nos questions.

 

Articles similaires