Ahuntsic-Cartierville
17:04 14 octobre 2020 | mise à jour le: 14 octobre 2020 à 17:16 temps de lecture: 3 minutes

Combattre l’isolement des aînés à Montréal

Combattre l’isolement des aînés à Montréal
Photo: Gracieuseté – SPVMLes aînés semblaient ravis de voir les équipes mixtes du SPVM et de la DRSP.

Dans le cadre de la Journée internationale des personnes aînées, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a dévoilé un bilan positif de son opération «Visiter une personne aînée isolée» qu’elle a menée sur l’ensemble du territoire en juillet.

Durant cette opération, tous les postes de quartier ont effectué du porte-à-porte avec des équipes mixtes composées d’employés civils, de cadets, de policiers et d’intervenants locaux afin de repérer les personnes âgées isolées.

Aussi, des intervenants de 32 organismes communautaires différents ont pris part à ces visites. Ils ont ainsi pu assurer un suivi personnalisé avec ceux qui en avaient besoin. Les équipes en ont profité pour sensibiliser les gens à la prévention de la maltraitance, du vol et de la fraude.

Au total, 4 274 personnes de 65 ans et plus ont été rencontrées, dont 910 avaient plus de 80 ans.

«Le SPVM, la Direction régionale de santé publique (DRSP) et leurs partenaires étaient très préoccupés par la situation précaire que le confinement avait entraînée pour certaines personnes aînées vulnérables, plus particulièrement pour celles demeurant seules, isolées dans leur domicile ou n’étant pas connues des services de santé, sociaux ou communautaires», explique-t-on par voie de communiqué.

Selon le SPVM, de nombreuses personnes visitées vivaient effectivement des périodes de solitude et de détresse psychologique graves.

Histoires marquantes

Grâce à la vigilance d’un duo de patrouilleurs et de leurs collègues, un homme de 65 ans aux prises avec des problèmes de santé mentale et physique non traités a été admis aux urgences.

Aussi, une femme de 90 ans était victime d’agressions sexuelles de la part d’une personne de confiance hors de sa famille. Bien qu’elle n’ait pas porté plainte, les mauvais traitements ont cessé et des mesures non judiciaires ont été entreprises à la suite de l’opération porte-à-porte.

Une autre femme de 82 ans était sous l’emprise d’un homme de 62 ans demeurant avec elle et disant être son préposé. Les policiers ont constaté qu’elle vivait dans des conditions indignes et dans une insalubrité insoutenable.

Les intervenants d’Urgence psychosociale-justice (UPS-J), d’Urgences-santé et les patrouilleurs ont réussi à convaincre cette personne de recevoir de l’aide du CLSC et d’un organisme communautaire pour que cesse cette maltraitance.

Une seconde opération de porte-porte auprès des personnes aînées isolées est prévue en 2021.

13 600

Nombre de portes auxquelles l’équipe mixte a frappé durant l’opération qui a eu lieu du 5 juillet au 7 août.

Articles similaires