Le Plateau-Mont-Royal
11:06 11 juin 2014 | mise à jour le: 11 juin 2014 à 11:06 temps de lecture: 3 minutes

1 arrondissement, 1 poste de quartier

Les postes de quartier (PDQ) 37 et 38 du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), sur le territoire du Plateau-Mont-Royal, fusionneront dès l’automne prochain.

catherine.bouchard@tc.tc

Le commandant Alain Gagnon gère déjà, depuis mardi, les deux PDQ. Sa nomination découle d’un désir de continuité, puisque l’inspecteur gérait déjà le poste 38.

« Il n’y a pour l’instant pas de date de déménagement fixée, mais les instances ont pris la décision de centraliser les services au poste 38.

« C’est tout simplement parce que nous sommes propriétaires des locaux du 1033 rue Rachel Est. L’édifice du PDQ 37 est, pour sa part, une location. Il est aussi plus petit », explique l’assistante-directrice et chef de service pour la région Nord du SPVM, Hélène Charron.

Aucun agrandissement ne sera requis, mais des travaux de rénovation seront nécessaires pour optimiser l’espace de l’actuel poste de quartier 38. Des locaux de formation au 2e étage de l’immeuble changeront entre autres de fonction. Aucun budget n’a encore été établi. Le SPVM est encore à l’étape des plans et devis dans ce dossier.

Le maire de l’arrondissement, Luc Ferrandez, voit cette initiative d’un bon œil.

« C’est une bonne nouvelle pour les citoyens du Plateau, car les ressources policières seront concentrées en un seul et même endroit. Il n’y aura plus d’ambiguïté. Comme élu, cela signifie également un seul chef de quartier à qui adresser les problématiques locales, ce qui devrait être plus facile dans la gestion quotidienne », indique le maire.

Le SPVM assure que la fusion permettra une optimisation du service aux citoyens.

«On aura plus de robustesse. On va pouvoir augmenter notre présence sur le territoire, puisqu’on aura plus de policiers sur les mêmes quarts de travail. En cas d’évènement majeur, ça va nous permettra d’avoir plus d’auto-patrouilles disponibles pour répondre à l’appel, mais aussi pour continuer à patrouiller le territoire. On veut pouvoir améliorer le travail avec nos partenaires. Nous allons, avec cette fusion, avoir des policiers attitrés à la résolution de problèmes par projet, sur des questions d’incivilités, par exemple », affirme Mme Charron.

La restructuration des effectifs contribuera à augmenter le nombre de patrouilleurs à vélo et à pieds, dont les tâches seront aussi revues. La structure administrative sera aussi moins lourde, ainsi certains effectifs pourront être réaffectés vers le travail terrain. Le SPVM rappelle que les patrouilles régionales et postes de quartier à proximité pourront venir en renfort, au besoin, comme c’est déjà le cas.

« C’est certain que les auto-patrouilles vont partir de la zone Sud, mais ça ne change rien. Les répartiteurs font toujours appel aux véhicules les plus prêts des appels », conclut Mme Charron.