LaSalle

Le parc des Rapides, havre naturel de paix

Le Parc des Rapides. Photo: Chantal Lecours, Métro Média

Pour les amoureux de la nature et de l’eau, le parc des Rapides est un havre de paix au milieu de la métropole bruyante. Ce joyau naturel de 30 hectares est l’endroit idéal pour observer les spectaculaires Rapides de Lachine sur lequel s’est buté Jacques Cartier en 1535.

L’espace vert est aménagé sur une digue sur laquelle se trouvait l’ancienne centrale hydroélectrique de Lachine. Construite en 1897 et fermée en 1931 – elle était rendue désuète à cause de la construction de la centrale de Beauharnois – cette centrale est à l’origine du développement du quartier du Bronx.

Après sa démolition en 1948, des travaux de remblaiement et de renaturalisation des berges ont permis la naissance du parc que nous connaissons aujourd’hui. Ce dernier fait maintenant partie du refuge d’oiseaux migrateurs de l’Île-aux-Hérons.

De nombreux ornithologues amateurs, et des néophytes viennent y observer toute l’année près de 225 espèces d’oiseaux, dont la plus grande colonie de hérons au Québec. Au printemps 2022, un couple de pygargues à tête blanche s’est reproduit sur une île de l’archipel, situé en face du parc, un événement rarissime dans la métropole.

L’endroit est aussi idéal pour les promeneurs du dimanche. Il est possible d’admirer le fleuve et ses rapides tumultueux, en déambulant dans les sentiers aménagés sur la digue renaturalisée. Des pêcheurs y viennent aussi taquiner le poisson, été comme hiver.

Interprétation écologique et historique

Depuis 1994, c’est l’organisme environnemental Héritage Laurentien, en collaboration avec l’Arrondissement, qui s’occupe de la gestion du parc des Rapides. L’organisme met sur pied différentes activités de sensibilisation et d’interprétation écologique destinées au grand public au courant de la saison estivale.

Pour un brin d’histoire, les panneaux d’interprétation du belvédère aménagé au milieu du parc relatent l’histoire de l’ancienne centrale hydroélectrique. De plus, l’épisode «LaSalle face aux rapides de Lachine» du balado Le Bronx de Montréal, créé par la Société historique Cavelier De LaSalle, offre un parcours sonore mettant en valeur les récits de courage, d’aventure et de développement associés aux rapides.

Surfer sur la vague à Guy

Maintenant un secret de polichinelle, la vague à Guy est l’un des hauts lieux de surf des rivières de la métropole. Située en face du passage piéton, entre les rues Gagné et Raymond, le long du boulevard LaSalle, la vague éternelle est fréquentée tant par les amateurs que par les experts. Ceux qui préfèrent regarder en auront assurément plein la vue. Après l’aménagement de sentiers balisés et l’installation de rampes de mise à l’eau l’été dernier, la ville construit cette année une halte sanitaire, comprenant vestiaires et toilettes, qui permettront de répondre à l’augmentation de l’achalandage ces dernières années.

Les surfeurs de la vague Guy. Crédit: Chantal Lecours, Métro Média

Quoi faire? Du kayak sur l’eau

Envie de voguer sur l’eau ? L’entreprise KSF offre kayak, planche à pagaie, planche de surf et combinaison en location pour les amateurs de sports nautiques. Elle offre aussi des cours d’initiation et des sorties sur l’eau aux débutants. Les locaux de l’entreprise se situent à l’angle du boulevard Bishop-Power, dans le parc des Rapides.

Ce texte a été rédigé dans le cadre de la série Vivre Ici. Ce dossier estival produit par Métro Média présente des lieux d’intérêt situés aux quatre coins de la métropole. L’objectif: faire découvrir aux Montréalais et Montréalaises les endroits où il fait bon s’activer, se promener et se détendre.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de LaSalle.

Articles récents du même sujet