LaSalle

Les opposants au projet Wanklyn maintiennent le cap

Photo: Hugo Lorini / TC Media
pierreboulanger44 - TC Media

Les principaux opposants au projet Wanklyn dénoncent le nouveau procédé qui les empêche de le rejeter par voie de référendum ou de registre et souhaitent un projet de moindre ampleur.

Steven Laperrière, Francisco Moreno, Yves Daoust et Mme Sonja Susnjar rappellent qu’un projet semblable a été rejeté en 2011 et soulignent que Wanklyn se veut le premier jalon d’un projet beaucoup plus vaste appelé Quartier de la gare qui prévoit plus de 2000 logements dans le futur.

Steven Laperrière déplore «que ce ne soit pas les LaSallois qui auront le dernier mot. On nous enlève ce droit et c’est un déni de démocratie. Je dis oui à un développement raisonnable, mais pas à un mini centre-ville».

Mme Sonja Susnjar croit qu’il s’agit du même projet rejeté dans le passé, anticipe l’enfer en circulation et croit que le développement devrait se limiter à environ 350 logements.

Yves Daoust voudrait une étude à jour sur les impacts sur la circulation aux heures de pointe comprenant les nouveaux paramètres de 780 unités d’habitation, du rapprochement de la gare et de l’enclave du terminus de la STM.

Patrick Duclos est déçu de la relance d’un projet rejeté dans le passé. «Nous sommes d’accord pour un beau quartier avec maisons de ville, duplex et résidence de personnes âgées, mais pas ce projet. On a l’impression d’avoir été mis de côté».

Francisco Moreno craint l’impact sur la circulation et critique l’administration de la mairesse Manon Barbe qui a transféré le dossier à la Ville de Montréal. Il dit souhaiter un projet à l’échelle humaine qui s’harmonise au type de construction ailleurs à LaSalle.

Articles récents du même sujet