Le Plateau-Mont-Royal

Présumé pédophile du Plateau libéré jeudi?

Un résident du Plateau-Mont-Royal, parmi les présumés pédophiles, arrêtés dans le cadre de l’opération «Malaise» de la Sûreté du Québec, la semaine dernière, Didier Chetelat, pourraient recouvrer sa liberté jeudi. La Couronne a demandé à faire des vérifications, après qu’il ait demandé d’aller vivre chez ses parents durant les procédures.

L’enquête sur remise en liberté du prévenu de 27 ans, le plus jeunes du groupe des accusés, a toutefois été frappées d’une ordonnance de non-publication.

Normalement, lorsque remis en liberté, des présumés pédophiles se voient interdire d’approcher des lieux fréquentés par des enfants, comme une école ou un parc par exemple.

Chetelat, qui logeait sur la rue Saint-Hubert, fait face à des accusations de possession, distribution et d’avoir accédé à de la pornographie juvénile.

L’individu aurait été impliqué chez les scouts, mais n’est pas suspecté d’avoir agressé un enfant.

Professeur adjoint au département des sciences de la décision de HEC Montréal depuis juin, il a été suspendu par la direction, qui affirme avoir été surprise par la nouvelle.

«On a été avisé jeudi après-midi [le 28 janvier] par l’appel d’un média. Pour l’instant, M. Chetelat est suspendu de façon provisoire et a déjà été remplacé, jusqu’à ce qu’on ait plus de détails. Nous devons parler à son avocat», indique la directrice des communications, Michèle Beaubien.

La moitié des 14 accusés, âgés entre 27 et 74 ans, dont le dernier a été intercepté le week-end dernier, pourrait être remis en liberté à la suite de la vérification de garantis. Les autres devront attendre à mardi prochain pour la suite des procédures.

L’enquête policière, qui a mené à la rafle du 27 janvier, a débuté il y a un peu moins de deux ans par l’escouade mixte de l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet.

 

Articles récents du même sujet