Le Plateau-Mont-Royal
19:00 7 juillet 2016 | mise à jour le: 7 juillet 2016 à 19:00 Temps de lecture: 3 minutes

Bonheur d’occasion: l’amour des livres rares

Bonheur d’occasion: l’amour des livres rares
Photo: Isabelle Bergeron/TC MediaLa librairie Bonheur D'Occcasion sur l'avenue du Mont-Royal avec le propriétaire Mathieu Bertrand.


Chaque semaine, Le Plateau vous propose de rencontrer l’un des nombreux commerçants œuvrant dans le quartier. Qu’il soit le petit nouveau, le secret bien gardé ou le bien établi, le journal vous fera découvrir ou redécouvrir ces endroits qui rendent Le Plateau-Mont-Royal unique. Cette semaine: la librairie de livres rares Bonheur d’occasion

En ouvrant la porte de Bonheur d’occasion, on remarque les milliers de livres qui s’entassent dans les bibliothèques et sur les présentoirs. Certains sont récents, d’autres ont plus de 200 ans.

Cette librairie, «le plus important acheteur à domicile de bibliothèques privées au Québec», vend des livres rares depuis 16 ans, d’abord sur la rue De la Roche, ensuite sur l’avenue du Mont-Royal.

Mathieu Bertrand, le propriétaire, s’intéresse depuis toujours aux bouquins, surtout à ceux qui ont du vécu. Il a donc décidé de se lancer dans l’aventure.

Que retrouve-t-on dans votre librairie?
«Je me définirais comme un libraire généraliste. Je me consacre à la chose papier. On trouve ici des livres anciens du XVIIIe siècle, beaucoup d’ouvrages universitaires, une grande collection de livres d’art, des cartes anciennes, mais aussi des livres pour enfants et des livres plus grand public.»

Comment vous procurez-vous des livres d’occasion?

«J’en prends peu au comptoir, parce qu’habituellement, ce que les gens viennent nous porter, c’est surtout des livres à succès. Ce que j’aime, c’est acheter des bibliothèques complètes. Par exemple, j’ai fait l’acquisition de la bibliothèque d’un chef où il y avait des livres généraux de cuisine, mais aussi des ouvrages très spécialisés. J’ai acheté aussi celles de plusieurs écrivains et artistes québécois.» Une façon, selon lui, de bénéficier de leur expertise développée au fil des décennies.
«Pour faire cela, il faut être prêt à mettre le prix, surtout qu’on parle souvent de 1000 à 1500 livres. Plusieurs d’entre eux vont prendre plusieurs années à vendre, mais ils vont parfois s’écouler à plusieurs milliers de dollars.»

Pourquoi avoir choisi Le Plateau-Mont-Royal?
«Pour qu’une librairie comme la mienne survive, il faut qu’il y ait un grand bassin d’universitaires francophones à proximité. Le Plateau-Mont-Royal est tout près de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et du cégep du Vieux-Montréal, pas très loin de l’Université de Montréal et du collège Rosemont. Ça a toujours été un quartier habité par beaucoup d’étudiants et de professeurs.» Il souligne également que l’avenue du Mont-Royal est «la plus grande artère culturelle francophone en Amérique du Nord. On y retrouve la plus grande concentration de disquaires et de librairies.»

En bref
-Le Plateau en un mot?
«Un quartier où il fait bon vivre»

Resto préféré?
«Caméla»

Commerce préféré?
«Salé sucré»

Articles similaires