Mercier & Anjou
17:25 23 mars 2020 | mise à jour le: 23 mars 2020 à 17:26 temps de lecture: 3 minutes

Les organismes se réorganisent en période de crise

Les organismes se réorganisent en période de crise
Photo: 123rf

Certains organismes communautaires ont perdu la quasi-totalité de leurs bénévoles en raison des mesures de confinement et de distanciation sociale. Malgré ce coup dur, ils doivent trouver le moyen de poursuivre leurs missions.

Dans Mercier-Est, l’organisme Chez-Nous a perdu près de 90% de ses bénévoles, indique sa directrice, Melda Saeedi. Trop âgés, ils ne peuvent plus quitter leur domicile.

«Comme le centre est fermé, toutes les activités sont annulées, donc c’est normal qu’on perde nos bénévoles», ajoute-t-elle.

Selon elle, c’est surtout la banque alimentaire et l’accompagnement pour le transport médical qui pâtit de ce manque de volontaires.

Les huit employés de l’organisme se séparent actuellement les tâches. Mais ils ne pourront pas entièrement pallier le manque.

Réorganisation dans les organismes

«On se réorganise comme on peut, on travaille en effectif réduit», lance Louise Masquer, la directrice d’Action Secours Vie d’Espoir, un organisme d’aide alimentaire de Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est. Ici aussi le nombre de bénévoles a chuté.

Beaucoup ont plus de 70 ans. D’autres ont arrêté par peur d’être infectés par le coronavirus.

«C’est sûr qu’on va avoir un manque de bénévoles pour la livraison des paniers, regrette Mme Masquer. Tout se passe vite. La semaine dernière, les demandes de livraisons ont plus que doublé ».

Mme Masquer peut compter sur l’aide de l’Association bénévole de Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est. Depuis la fermeture du Centre communautaire Roussin le 13 mars, dans Pointe-aux-Trembles, cette association aiguille les bénévoles vers des organismes qui ont des besoins, explique Louise Crousset, la directrice. Elle-même a mis en suspens son service de transport médical pour protéger la santé de ses bénévoles, «aussi âgés que ceux qu’ils aident».

Elle a déjà reçu plusieurs appels pour des propositions de bénévolat de policiers, étudiants, professeur ou groupe de jeunes pour leur venir en aide.

Savoir dire « non »

Malgré les consignes du gouvernement, l’organisme le Chez-Nous reçoit encore des offres de bénévolat de la part d’aînés actifs «qui ne sont pas paniqués par le virus», explique la directrice Melda Saeedi. Cette dernière affirme craindre que certains se mettent au bénévolat «clandestin» en aidant des personnes à faire leur épicerie, par exemple. «En faisant ça, ils se mettent à risque et mettent à risque d’autres gens», indique-t-elle.

Tous les organismes s’accordent pour dire qu’ils refuseront toute proposition de bénévolat de la part de personnes de plus de 70 ans ou de personnes présentant des risques.

Selon Mme Saeedi, il y a des façons de faire du bénévolat à partir de la maison, comme pour appeler les aînés isolés, mais «il faut que ça passe par des professionnels ». Elle invite dont ceux et celles qui voudraient se porter volontaires, particulièrement les citoyens âgés de moins de 55 ans, à contacter l’organisme par téléphone.

Organismes

  • Chez-Nous de Mercier-Est

Téléphone : 514 354-5131

  • Association bénévole Pointe-aux-Trembles/Montréal-Est

Téléphone : 514-645-1264

Articles similaires