Mercier & Anjou
16:26 9 mars 2021 | mise à jour le: 9 mars 2021 à 16:30 temps de lecture: 3 minutes

2020 et 2021 sont des années à oublier, selon le maire d’Anjou

2020 et 2021 sont des années à oublier, selon le maire d’Anjou
Photo: Gracieuseté/Arrondissement d'AnjouLuis Miranda, maire d'Anjou

«2020 et 2021 à date sont deux années sur lesquelles on doit malheureusement mettre un X et les oublier», estime Luis Miranda, maire d’Anjou. Il évalue ainsi les impacts de la Covid-19, pandémie contre laquelle une lutte est déclenchée depuis un an.

Ce qui préoccupe le plus le maire, c’est la santé de sa population, dont le territoire avait été classé parmi les zones chaudes en janvier dernier. Selon les chiffres de la Santé publique annoncés le 23 février, couvrant les 28 derniers jours qui précédaient, 900 Angevins avaient été touchés par la Covid-19 sur 100 000 habitants, soit un taux de positivité de 8%. Le nombre de décès était inférieur à cinq.

M. Miranda pense que son arrondissement était cité dans la zone chaude par le premier ministre parce que beaucoup de ses citoyens travaillent dans la santé. À cela, il ajoute les poches de pauvreté et des personnes âgées. Des statistiques montrent en effet que 22% de la population d’Anjou est constitué de personnes de 65 ans et plus.

Vaccination : Anjou veut être prioritaire

Le maire considère alors que tous les facteurs sont réussis sur le territoire pour avoir un centre de vaccination. L’arrondissement a proposé des sites à la Santé publique et attend une réponse. Parmi ceux-ci figure l’aréna Chaumont, qui est selon M. Miranda, le lieu idéal pour une opération de vaccination. Dans ce cas, l’aréna Chénier abriterait les activités sportives.

«La moyenne d’âge la plus vieille de Montréal est à Anjou et ce sont des gens fragiles.(…) Le premier ministre l’a dit, on est en zone rouge, et si on pouvait prioriser Anjou dans la vaccination, ce serait bien», souhaite le maire.

Cols bleus atteints de Covid

Il indique qu’au  sein de l’arrondissement, deux cols bleus avaient contracté la Covid-19 et s’en sont remis après les soins et la quarantaine. Il invite ses concitoyens à ne pas baisser la garde, car il constate que dans les épiceries, certains clients ne respectent pas la règle de distanciation.

«Ça m’est arrivé plus d’une fois, être à l’épicerie en train de me prendre des fruits et que quelqu’un passe devant toi pour prendre les mêmes fruits. [Dans ce cas-là] Tu lui dis: “Écoute, peux-tu attendre?”», suggère le maire qui affirme que son devoir est de donner l’exemple.

Par ailleurs, il réalise que la Covid-19 a bouleversé le fonctionnement de son administration laquelle s’est mise en mode télétravail, un mot qu’il ne digère pas.

«La Covid a un gros impact sur mes services, beaucoup de gens sont en télétravail. On est conscient que quand on est au service de la population, le télétravail est moins efficace», analyse l’élu.

Il se plaint aussi de l’annulation de plusieurs activités de loisirs et sports comme le hockey, la fête de la famille, les brocantes et bien d’autres encore.

Articles similaires