Mercier & Anjou
18:18 2 avril 2021 | mise à jour le: 2 avril 2021 à 18:21 temps de lecture: 4 minutes

Nouvelle étape pour le projet d’épicerie au Faubourg Contrecœur

Nouvelle étape pour le projet d’épicerie au Faubourg Contrecœur
Photo: Frédéric Hountondji/Métro MédiaRose-Marie Russell, résidente du Faubourg Contrecoeur, revenait de Pointe-aux-Trembles où elle a fait les emplettes. Elle attend IGA depuis six ans dans le quartier

Le projet de développement commercial du groupe Sobeys au Faubourg Contrecoeur dans Mercier-Est franchira une nouvelle étape vers sa concrétisation avec son adoption mardi prochain par le conseil d’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (MHM).

«C’est déjà une très belle étape», affirme Suzie Miron, conseillère de Tétreaultville, à Métro. En 2018, la chaîne de supermarchés Sobeys avait introduit auprès de MHM, un projet particulier de développement commercial qui englobait l’érection d’un centre commercial avec une épicerie, des magasins et une station-service au Faubourg Contrecœur.

Le projet ne respectant pas certaines normes jugées essentielles telles que la sécurité des piétons, les nuisances et le manque d’intégration urbaine, a été rejeté par le comité consultatif d’urbanisme (CCU). «Le centre commercial fait dos au quartier au lieu d’être ouvert sur lui», avait déploré Pierre Lessard-Blais, maire de l’arrondissement.

Un autre projet déposé en 2020 porte sur la construction de trois bâtiments commerciaux abritant une épicerie au bord de la rue Sherbrooke Est, ainsi que deux autres commerces secondaires sur la rue De Contrecœur. Tout l’établissement s’étendra sur une superficie de 5107 m², dont 3921 m² pour l’épicerie.

Pour accéder au site, une voie sera aménagée sur la rue Sherbrooke Est à l’est du bâtiment, juste à côté des quais de chargement de l’épicerie. Des accès sont prévus également sur la rue De Contrecœur. L’entrée sur les lieux peut se faire aussi à partir du lien piéton/cyclable.

Nouveau projet accepté

Ce nouveau projet répond à la vision de développement commercial de l’administration locale en tenant compte, entre autres, de la mobilité durable ainsi que de son intégration au quartier et à la rue De Contrecoeur.

Il est conforme aux exigences réglementaires en matière de verdissement et de plantation. «Le projet prévoit l’aménagement d’espaces publics et de parcours piétons contribuant à l’animation et à l’appropriation des lieux par les citoyens», souligne l’administration locale.

Il a alors reçu à l’automne dernier un avis préliminaire favorable.

«Mais cet avis préliminaire s’est transformé en acceptation finale du projet particulier par le CCU, le 9 mars dernier. Et dès mardi prochain, le projet passera en première lecture au conseil d’arrondissement. Alors, les choses avancent», écrit Mme Miron sur sa page Facebook.

La conseillère de Tétreaultville a signifié à Métro, qu’après le vote de l’implantation le 6 avril, Sobeys va devoir revenir avec ses plans finaux pour l’approbation de l’architecture et de la révision architecturale.

«C’est le comité consultatif d’urbanisme qui va le voir, mais ça a l’air bien quand même parce que là, on a sécurisé les entrées, les sorties, les déplacements de camions à l’intérieur et aussi à l’extérieur. De plus, c’est tourné sur le quartier parce qu’avant, il était tellement refermé sur lui-même», a commenté Mme Miron, tout en rappelant qu’il y aura aussi une consultation publique.

Les résidents saluent l’annonce

Les résidents du Faubourg Contrecœur attendaient un projet de développement commercial dans le secteur depuis plus de dix ans. Dès 2010 déjà, certains promoteurs commençaient à faire valoir auprès d’eux l’ouverture imminente d’une épicerie afin de mieux vendre des immeubles.

Donc l’annonce de l’adoption prochaine du projet est très bien accueillie sur le terrain. Rose-Marie Russell a dit que c’était une bonne nouvelle et que cela faisait six ans qu’elle attendait IGA. «Je reviens de Pointe-aux-Trembles où je suis allée faire mes achats. L’avantage d’aller là-bas est que j’ai Super C et IGA côte à côte», a raconté Mme Russell qui a indiqué avoir fait deux heures et demie pour ce déplacement.

Rosa Miriam Mendès, une autre résidente, attend impatiemment IGA et salue l’annonce: «Je fais au moins dix minutes pour aller acheter sur la rue Sherbrooke. Sans voiture et avec des sacs, ce n’est facile et je ne suis pas la seule dans le cas et il y a des personnes âgées.»

Par le passé, deux pétitions avaient été lancées par les habitants pour presser l’arrondissement à accepter le projet. Elles ont recueilli plus de 1000 signatures.

De son côté, pour accommoder Sobeys, MHM a dû voter en mai 2018 une cinquantaine de modifications au règlement. La même année, la chaîne de supermarchés a demandé une vingtaine de dérogations supplémentaires.

Articles similaires