Mercier & Anjou
15:52 28 mai 2021 | mise à jour le: 28 mai 2021 à 15:52 Temps de lecture: 3 minutes

Le Plan Nature et Sports de Montréal ne satisfait pas le CEM-E

Le Plan Nature et Sports de Montréal ne satisfait pas le CEM-E
Photo: Frédéric Hountondji/Métro MédiaCEM-E estime que l'Est de Montréal demeure le parent pauvre en matière d'interventions environnementales

Le Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E) soutient que le plan de relance verte de la Ville dénommé Plan Nature et Sports est loin de réduire le fossé écologique entre l’est et l’ouest de Montréal.

À la lecture du Plan Nature et Sports présenté le 20 mai par la mairesse de Montréal, le Collectif retient que le document présentait une trentaine d’objectifs. Il affirme que seulement deux des objectifs concerneraient l’Est. La grande majorité toucherait le centre et l’ouest de l’île, selon lui.

«Pour notre secteur, il y a seulement deux engagements fermes qui se limitent à une petite bande de terre le long de la Promenade Bellerive. (…) C’est deux promesses pour une toute petite bande de quelques dizaines de mètres de long et peut-être trois mètres de large. Pour tout l’Est, ça fait assez peu», déplore Nicolas Kaliaguine, responsable du Comité Parc et verdissement du CEM-E.

Pour lui, les deux engagements de la Ville se résument à la réhabilitation des berges du parc de la Promenade Bellerive et à l’officialisation de l’accès à la grève du parc.

Ruisseaux, parcs, friches et zones humides

Il plaide alors en faveur de la mise en valeur du ruisseau Montigny, du parc-nature du Bois-d’Anjou, des friches situées au nord et à l’ouest de la carrière Lafarge et de deux zones humides se trouvant au nord du parc Carlos-d’Alcantara.

Le CEM-E mentionne par ailleurs que la Ville ne prend aucun engagement pour doter le parc de la Promenade Bellerive d’une vision cohérente de développement. «Le développement à la pièce désordonné doit faire place à une mise en place de gestes coordonnés ayant un assentiment de la part de la population et une véritable consultation publique en bonne et due forme», insiste M. Kaliaguine.

À la question de Métro de savoir ce que pense le CEM-E de l’annonce de la création du Grand Parc de l’Est, M. Kaliaguine avoue qu’il n’en serait question nulle part dans le document. Il promet toutefois que son collectif serait prêt à appuyer le projet.

Le CRE-Montréal

Pour sa part, le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) accueille favorablement le Plan Nature et Sports. Dans un communiqué, il considère que le document a le mérite de conjuguer les engagements de l’administration en matière de résilience écologique et d’inclusion sociale.

Tout en partageant la volonté de la Ville de créer un Grand Parc de l’Est, le CRE-Montréal souligne l’importance du parc-nature du Bois-d’Anjou et du Golf métropolitain dans la consolidation de la trame verte de l’Est.

«L’Est de Montréal est en pleine effervescence actuellement. Nous devons saisir chaque occasion pour consolider la place de la nature et ainsi inscrire durablement la vision d’une trame verte sur laquelle vient s’appuyer tout projet de développement», déclare Charles Bergeron, responsable Développement urbain durable au CRE-Montréal.

Il ajoute que l’ouverture au public du parc-nature du Bois-d’Anjou et la protection de la partie nord du golf sont «incontournables» dans les projets de développement.

Quant au suivi des actions à entreprendre dans le cadre du plan de relance verte, l’organisme suggère à la Ville de rendre compte régulièrement de l’état d’avancement du projet au public.

Articles similaires