Mercier & Anjou

Les Balcons bleus de Tétreaultville : un nouveau mobilier urbain pour la rue Hochelaga

Une petite idée de ce qu’a proposé la firme de design Castor et Pollux. Photo: Gracieuseté/Castor et Pollux

Afin de dynamiser la rue Hochelaga dans le quartier Tétreaultville, l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve aménagera un mobilier urbain et deux places publiques sur l’artère commerciale.

Réalisé en collaboration avec l’Association des commerçants de Tétreaultville (ACT) et la firme de design Castor et Pollux, ce projet consiste à aménager du mobilier urbain entre les rues Mercier et French et de donner aux trottoirs des allures de balcons et de balustrades aux motifs s’inspirant des balcons en fer forgé montréalais.

Baptisé Les Balcons bleus de Tétreaultville, cet aménagement inclura aussi deux places publiques nivelées garnies de tables et de chaises, situées à l’angle des rues Joffre et Hochelaga, ainsi qu’à celui des rues Baldwin et Hochelaga.

Le bleu sera prédominant, puisqu’il est « un symbole de la proximité du fleuve, mais aussi une couleur qui rappelle les grands paysages et l’horizon éloigné », peut-on lire sur le site de la Ville de Montréal.

Agréable surprise par la proposition, la directrice générale de l’ACT, Viviane Caron, ajoute que le bleu rappelle trois murales également présentes sur l’artère.

« C’est un gros projet pour l’artère et un premier projet structurant pour notre secteur, soutient la DG. Ça nous permet d’avoir enfin une signature visuelle pour le secteur. »

Mme Caron explique que le mobilier urbain sera aménagé du côté sud de la rue Hochelaga, car les trottoirs y sont plus larges.  

Un projet tardif

Divisée en quatre phases, l’installation de certains éléments du projet, tels que les « balcons » et les places publiques, ne se fera pas avant la mi-août et les placettes, pas avant la fin du même mois.

« C’est sûr qu’avec ce projet on est arrivé un peu tard dans la saison. Toute la chaîne de production, de la pensée au design, d’avoir les matériaux, les fournisseurs, il y avait des délais qu’on ne pouvait pas couper. »

Cette critique a été mentionnée par les commerçants, admet Mme Caron. Elle explique en revanche que l’ACT a l’intention d’étirer la saison au maximum, peut-être octobre. Elle ajoute que ce mobilier pourra être réutilisé dans les années à venir.

Les quatre phases du projet

  • Le marquage au sol qui a déjà débuté sur le parcours.
  • Disposition des pots de fleurs dans la première semaine du mois d’août.
  • Installation des balcons et des places publiques à la mi-août.
  • Installation du mobilier à la fin du mois d’août.

Articles récents du même sujet