Mercier & Anjou

Golf Anjou: Projet Montréal souhaite utiliser le droit de préemption

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, lors de l’annonce des candidats dans l’arrondissement Anjou. Photo: Gracieuseté, Projet Montréal

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, s’engage à maintenir l’affectation «Grand espace vert ou récréation» des terrains du Club de Golf Métropolitain Anjou et à utiliser le droit de préemption pour intégrer ces terrains au parc-nature du Bois-d’Anjou.

La mairesse sortante a fait cette déclaration vendredi, lors de l’annonce des candidats de Projet Montréal dans l’arrondissement d’Anjou.

En plus de maintenir cette affectation dans la partie nord du terrain du Club de Golf Métropolitain Anjou, Valérie Plante affirme vouloir tout mettre en œuvre pour protéger la partie sud, «là où l’actuelle administration d’Anjou a autorisé la construction d’un Costco et où les espaces verts sont sérieusement menacés par d’autres développements industriels», peut-on lire dans un communiqué.

«Au cours du prochain mandat, notre équipe compte mettre un terme à la destruction d’espaces verts causée par le tandem Coderre-Miranda en utilisant tous les leviers pour protéger l’ensemble des terrains du Club de Golf Métropolitain Anjou qui n’ont pas encore été détruits», a déclaré Mme Plante.

Ultimement, si les terrains protégés sont mis en vente, son administration en ferait l’acquisition et les intégrerait au parc-nature du Bois-d’Anjou, a ajouté la mairesse sortante.

Nous voulons faire partie de la solution et lutter sérieusement contre les changements climatiques, ce que l’administration locale actuelle n’est pas prête à faire […]. Nous ne laisserons pas notre arrondissement être guidé par les seuls intérêts des promoteurs.

Kettly Beauregard, candidate à la mairie d’Anjou pour Projet Montréal

Cette querelle entre la ville-centre et Anjou n’est pas nouvelle. L’administration de Montréal n’a pas donné suite à une demande des élus de l’arrondissement qui visait à lever la servitude de conservation, à retirer le droit de préemption et à changer le zonage actuel du Club de Golf Métropolitain.

Une décision qui avait fait bondir le maire d’Anjou, Luis Miranda, qui accusait la Ville de Montréal de tenter de faire perdre à l’arrondissement un investissement de 600 M$ consacré à un projet de centre d’entreposage et de distribution.

Réaction du maire

Invité à réagir à l’annonce électorale de Projet Montréal, Luis Miranda a qualifié cette dernière de «réchauffée».

«Jamais Anjou n’a eu l’intention de défaire le boisé. Il a toujours été protégé et il n’est pas question d’y toucher. La seule zone qui est sujette à être redéveloppée, comme c’était prévu dans le temps, c’est le golf, qui est artificiel», a-t-il dit à propos de ce site où se trouvait auparavant une raffinerie de Petro-Canada qui, selon M. Miranda, ne pourra «jamais être un parc en tant que tel».

Le maire d’Anjou soutient qu’il faut savoir harmoniser le développement économique avec l’environnement.

«Je ne pense pas que [Valérie Plante] soit la championne en développement économique. Et puis elle devrait peut-être apprendre que les gens ont aussi besoin de jobs

Il ajoute que le Club de Golf Métropolitain a toujours été voué à être redéveloppé, et mentionne que le Costco actuellement en construction dans le secteur représente entre «300 et 500 emplois permanents».

M. Miranda affirme que la majorité de la population d’Anjou approuve sa position.

Articles récents du même sujet