Soutenez

Enjeux de mobilité dans Mercier-Est: des organismes interpellent les élus

Rue Honoré-Beaugrand
La circulation est perturbée dans le secteur de Mercier-Est depuis la fin février. Photo: Jason Paré/Métro

Des organismes de Mercier-Est souhaitent rencontrer le président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM) et conseiller d’Hochelaga, Éric Alan Caldwell, et le maire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Pierre Lessard-Blais, afin de les sensibiliser aux enjeux de mobilité dans leur secteur.

La circulation dans les quartiers de Tétreaultville et de Bellerive est particulièrement affectée par les travaux effectués par le ministère des Transports du Québec (MTQ) au pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Une mise à sens unique de la rue Honoré-Beaugrand à la fin de février, justifiée par l’installation de feux de circulation à l’intersection de celle-ci et de l’avenue Souligny, a entre autres contraint la Société de transport de Montréal (STM) à changer le trajet de la ligne d’autobus 28 vers le sud.

Une nouvelle interdiction de stationner sur une partie de la rue Hochelaga aux heures de pointe donne également des maux de tête aux commerçants et aux résidents du coin.

Une lettre réclamant une rencontre avec les deux élus de Projet Montréal a été envoyée le 1er mars par les directions de quatre organismes du quartier.

Si les signataires disent comprendre que la STM, comme beaucoup de partenaires, subit les décisions du MTQ, ils souhaitent tout de même discuter avec les élus afin de trouver des pistes de solution «dans le cadre d’une rencontre qu’[ils espèrent] la plus rapide».

Plus de 45 jours plus tard, cette rencontre n’a toujours pas eu lieu. Une réponse écrite aurait cependant été envoyée par Éric Alan Caldwell expliquant les raisons des changements de trajets de bus. Précisant que les travaux étaient involontaires de leur part, le conseiller du district d’Hochelaga aurait également indiqué «qu’ils travaillaient à en minimiser les inconvénients».

La rue Honoré-Beaugrand était toujours bloquée à la hauteur des avenue Souligny et Dubuisson lors du passage de Métro le 15 avril. Photo: Jason Paré, Métro Média

Manque de communication

Joints par Métro, les signataires déplorent le manque de communication et d’information sur les changements constants de trajets de la STM. De plus, l’accès aux commerces et aux ressources devient très difficile puisque la circulation locale n’est pas fluide.

«Ça devient anxiogène pour nos membres pour qui déjà, au niveau de la mobilité, ce n’est pas facile, précise la directrice générale du Chez-Nous Mercier-Est, Melda Saeedi. Ultimement, ç’a aussi un impact sur leur participation à nos activités et sur l’isolement social, d’autant plus qu’on sort d’une période de confinement.»

Les signataires évoquent le désarroi ressenti ainsi que les nombreuses plaintes reçues, une situation qui les inquiète au plus haut point.

Impact sur le stationnement

La directrice générale (DG) de l’Association des commerçants de Tétreaultville (ACT), Viviane Caron, soutient que le MTQ ne les a pas informés à l’avance qu’il y aurait dorénavant une interdiction de se stationner sur la rue Hochelaga, entre Honoré-Beaugrand et Lebrun, pendant les heures de pointe.

«Ce qui est bien dommage avec ça, c’est qu’on n’a pas eu d’information que ça s’en venait, déplore Viviane Caron. On n’a pas travaillé en amont avec la Ville pour avoir des stationnements incitatifs comme on fait parfois quand il y a des travaux.»

Elle ne sait pas si cette interdiction va durer longtemps, mais la DG de l’ACT affirme que des gens ont déjà commencé à éviter le secteur, ce qui n’est pas à l’avantage de ses membres.

Un problème qui ne date pas d’hier

L’accès en transport en commun à ce secteur était déjà un enjeu bien avant les travaux au pont-tunnel. Des démarches et des recommandations pour une meilleure mobilité dans Mercier-Est ont été entreprises en 2020 par Le Chez-Nous Mercier-Est et Solidarité Mercier-Est.

Les trajets ne sont pas adaptés aux besoins des aînés. Les heures de passages ne sont pas fréquentes. Tout dépendamment dans quel coin du quartier on est, il faut prendre deux, voire trois autobus pour se rendre à destination.

Melda Saeedi, directrice générale du Chez-nous Mercier-Est

Le directeur général de Solidarité Mercier-Est, Taï Cory, mentionne que différents élus et responsables ont déjà été interpellés sur cette question. «Malheureusement, on est peu entendus», déplore-t-il.

La densification actuelle de la circulation dans le secteur pose également des enjeux de sécurité, selon M. Cory, qui rappelle qu’une septuagénaire est décédée en mai 2021 après avoir été heurtée par un camion à ordures à l’intersection de la rue Honoré-Beaugrand et de l’avenue Souligny.

Le MTQ n’avait pas répondu aux questions de Métro au moment de la publication de cet article.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine un résumé de l’actualité de Mercier & Anjou.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.