Communauté

Haïti : des députés libéraux réclament de l’aide d’urgence

Haïti : des députés libéraux réclament de l’aide d’urgence
Photo: Youri NabbadLes députés libéraux Frantz Benjamin, Paule Robitaille et Dominique Anglade ont interpellé Québec sur la nécessité de mettre en place une solidarité humanitaire d’urgence face à la situation haïtienne.


Face à la crise qui perdure en Haïti, plusieurs députés libéraux ont fait une sortie appelant Québec et Ottawa à mettre rapidement en place des solutions d’aide humanitaire. Plus tôt dans la matinée, le gouvernement canadien suspendait temporairement les renvois vers Haïti.

« Nous souhaitons que l’aide humanitaire s’organise, car elle est devenue plus urgente ces derniers jours, soutient Paule Robitaille, députée libérale de Bourassa-Sauvé. Nous aimerions que soit remise en place la mesure qui avait été prise en 2010, lorsque le gouvernement canadien avait établi procédure accélérée de résidence permanente pour les demandeurs d’asile déboutés de leur demande.»

Fondée sur l’article 25.2 de la loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (LIPR), cette mesure avait été mise en place suite au tremblement de terre qui avait frappé Haiti en 2010 pour des considérations d’ordre humanitaires.

« Cette mesure concernerait évidemment des demandeurs d’asile qui travaillent déjà ici, et qui n’ont pas d’antécédents judiciaires, souligne la députée de Bourassa-Sauvé. Nous demandons au gouvernement québécois de pousser Ottawa à considérer cette option. »

Également évoqué comme solution potentielle, le parrainage humanitaire. Procédure spécifiquement mise en place par le ministère de l’Immigration et des communautés culturelles (MICC) à la suite du tremblement de terre, ce programme permettait la venue au Québec de membres de la famille non visés par le programme régulier d’immigration familiale et sans contrainte d’âge. Plus de 3000 demandes avaient alors été déposées auprès du gouvernement canadien.

Pour Roger Petit-Frère, membre du regroupement d’intervenants et d’intervenantes d’origine haïtienne (RIIOH) de Montréal-Nord, mettre en place ces mesures seraient un soulagement.

« Ce serait évidemment une très bonne idée que de de remettre ces programmes en place, affirme-t-il. Cela apporte plus de garantie qu’une suspension temporaire de renvoi (STR), car le gouvernement fédéral peut la lever à tout moment. »

L’organisme nord-montréalais avait adressé une lettre à Justin Trudeau le 17 décembre dernier, dans laquelle il demandait au gouvernement canadien un moratoire sur la déportation des haïtiens face à la crise que subit le pays.

« À Montréal-Nord, nous sommes le territoire qui regroupe la plus grosse communauté haïtienne de tout le Canada, souligne Roger Petit-Frère. Nous avons un rôle à jouer. »

Suspension temporaire des exclusions vers Haïti
Plus tôt dans la matinée, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), institution fédérale, a mis un terme de façon temporaire aux expulsions vers Haïti, suite aux violentes manifestions et émeutes qui perdurent depuis le 7 février.

« À l’origine, nous souhaitions demander cette suspension temporaire de renvoi (STR) à Ottawa, mais le gouvernement fédéral nous a pris de court, relate Paule Robitaille. Tant mieux, car c’est une très bonne décision. Il fallait stopper les déportations immédiatement. »

Malgré le climat de violence qui s’est amplifié cette dernière semaine, un père et sa fille avait été déportés vers Port-au-Prince mercredi. Le gouvernement a dès lors remis en place les suspension temporaires des renvois (STR).

Ces derniers jours, les affrontements violents ont éclaté à plusieurs reprises à Haïti entre la police et des manifestants qui contestent le pouvoir en place.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *