Mercier & Anjou

Un poste spécifiquement dédié à l’Est de Montréal au comité exécutif

Un poste spécifiquement dédié à l’Est de Montréal au comité exécutif
Photo: Archives

L’administration Plante a nommé Caroline Bourgeois, mairesse de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, au comité exécutif de la Ville de Montréal.  Elle aura pour tâche d’y défendre spécifiquement les intérêts de l’est de Montréal, une première pour la métropole.

 

Mme Bourgeois a obtenu le titre de Conseillère associée  au développement économique responsable des dossiers de l’Est. « Au-delà de [sa] nomination », elle s’est réjouie qu’il y ait un tel poste au sein du comité exécutif.

« C’est un signal très fort de la part de la Ville de Montréal pour indiquer à quel point l’Est est important, que le momentum et l’alignement des planètes dont on parle depuis plusieurs mois est bien réel ».

Plusieurs dossiers sont d’ores et déjà sur la table de Caroline Bourgeois, qui « a en tête l’importance du transport collectif, la décontamination des terrains, le rayonnement et le développement de l’Est de Montréal ».

Un lien avec Québec

Cette nomination survient dans la foulée de la présentation du premier budget du gouvernement Legault, qui prévoit notamment des investissements de 100 M$ pour la décontamination dans l’Est et l’étude d’une projet de transport structurant.
Ancienne directrice de cabinet de Chantal Rouleau lorsque celle-ci était mairesse de RDP-PAT, Caroline Bourgeois assure avoir « une très bonne relation » avec celle qui est l’actuelle ministre responsable de la région de Montréal et de la Métropole.

Les nombreuses annonces des derniers mois, notamment la décontamination du site de la Plage de l’Est et le retour de la navette fluviale, démontrent que la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec  partagent une «vision commune» qui « va guider les actions » de Mme Bourgeois.

Cette dernière n’avait d’ailleurs que des bons mots pour le gouvernement Legault.

Opposition dans l’Est

La tâche ne sera sans doute pas toujours aisée pour Caroline Bourgeois qui devra composer avec une majorité de maires et de mairesses d’arrondissement qui sont issus des rangs de l’opposition officielle, tels Michel Bissonnet à Saint-Léonard, Luis Miranda à Anjou ou Christine Black à Montréal-Nord.

Mme Bourgeois dit toutefois aborder son mandat avec confiance, d’autant qu’elle est déjà amenée à composer avec cette réalité au sein de son propre conseil d’arrondissement, où les élus de l’opposition sont majoritaires

« Je suis certaine de pouvoir collaborer avec les maires de l’Est car nous avons beaucoup d’enjeux en commun » explique-t-elle, avant d’assurer que « la relation est très bonne » et que son téléphone « est toujours ouvert. »

« Ce sont des gens avec qui j’ai déjà travaillé ou que je croise dans différents évènements dans l’Est de Montréal », dit-elle encore.

Outre cette nomination, beaucoup de changements ont été annoncé au sein du comité exécutif, qui est désormais paritaire.