Montréal-Nord

2,6 M$ pour rajeunir le parc Aimé-Léonard

2,6 M$ pour rajeunir le parc Aimé-Léonard
Photo: Gracieuseté – Arrondissement de Montréal-Nord(Maquette) L’investissement comprend l’agrandissement du chalet ainsi que la construction d’une nouvelle scène permanente

Le parc Aimé-Léonard aura un nouveau chalet avec une offre alimentaire et une nouvelle scène d’ici le printemps 2020. L’arrondissement a annoncé avoir investi plus de 2,6 M$ pour cette phase II de rénovation du parc, qu’elle souhaite voir devenir un pôle récréotouristique qui accueille de grands événements.

Avec cet investissement, les citoyens de Montréal-Nord verront un troisième parc sur le territoire obtenir des rénovations majeures durant l’année 2019, après les parcs Sabrevois et Henri-Bourassa. Les parcs se font rares dans l’arrondissement. En effet, c’est ici qu’on retrouve le plus petit ratio de superficie de parc par 1000 habitants de tout Montréal (5 149 m2)

C’est Axe Construction inc. qui a remporté l’appel d’offres pour le projet, un contrat d’une valeur de 2,67 M$.

Mieux accueillir les grands événements
Un des objectifs de ces travaux est de rendre attrayant la tenue de grands événements tels que les fêtes du Québec et du Canada et de bonifier l’offre de ceux-ci. « À une certaine époque, il y avait beaucoup de spectacles au parc Aimé-Léonard ce qui en faisait un parc de destination », soutient la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black.

Actuellement, les spectacles dans ce parc se donnent sur une scène démontable qui doit être transportée. Mme Black estime qu’une scène permanente sera économique pour l’arrondissement. « Nos employés doivent la déplacer, la monter, avoir des personnes sur place à chaque fois. C’est certain qu’avec une scène fixe, on va avoir des économies d’échelle à long terme », assure-t-elle.

Cette scène aura une superficie d’environ 160 m2.

Un chalet plus grand et plus gourmand
Le chalet du parc, hôte des activités de La Route de Champlain, qui organise des activités de plein air, sera agrandi pour l’organisme.

On compte notamment aménager un comptoir alimentaire à un endroit qui en a grandement besoin. « Le parc est un désert alimentaire, souligne la mairesse. Avec ce comptoir, le chalet devient un arrêt où les gens peuvent aller chercher quelque chose à manger. »

Le directeur de la Route de Champlain, Christian Désautels, abonde dans le même sens. « En ce moment, c’est assez complexe de s’alimenter et de se désaltérer autour du parc », observe-t-il.

M. Désautels se réjouit de l’annonce. Il assure que les activités de l’organisme seront transférées sans trop d’inconvénients dans une roulotte de chantier pendant les travaux qui dureront près d’un an.

Une piste cyclable problématique
Le projet vise également à rendre plus facile l’accès à la Rivière-des-Prairies, ce qui implique de trouver une solution à un enjeu de sécurité lié à la piste cyclable qui longe la rivière. « Les cyclistes circulent très rapidement sur la piste, remarque la mairesse. On est en train de voir quelle serait la meilleure solution pour faire dévier la piste à un autre endroit. »

Ce détournement impliquerait notamment de retirer une clôture, aménagée au long de la piste cyclable, qui agit comme une barrière près de la rivière et que Mme Black aimerait bien voir tomber.