Montréal-Nord

Le tournoi de Basket de rue veut plus de financement

Le tournoi de Basket de rue veut plus de financement
Photo: Olivier Faucher - Métro médiaLe tournoi de Basket de rue est organisé par la maison des jeunes l'Ouverture

Incontournable rendez-vous annuel de basketball de Montréal-Nord, la réputation du tournoi de Basket de rue organisé par la Maison des jeunes l’Ouverture n’est plus à faire. Alors que le tournoi accueillait 29 équipes pour sa 27e édition, celle qui l’organise souhaiterait que l’événement prenne du galon. Le financement demeure toutefois son principal obstacle.

Ce tournoi, joué traditionnellement au parc Le Carignan, rassemble près de 300 jeunes basketballeurs de tous les calibres et de tous les horizons. « Il y a des équipes de Montréal-Nord, de Saint-Michel, de Rivière-des-Prairies, de Laval ou même de Québec », mentionne la directrice de la maison des jeunes l’Ouverture, Sheilla Fortuné.

Le tournoi a lieu du 7 au 11 août, une période favorable à la participation du plus de jeunes possible, selon les observations des organisateurs.

L’espoir du Thunder d’Oklahoma City Luguentz Dort et le joueur des Raptors de Toronto Chris Boucher ont tous deux déjà participé à ce tournoi.

Depuis trois ans, le tournoi est jumelé avec le festival d’art urbain Urbanifest. Une contribution unique de l’arrondissement de Montréal-Nord est offerte pour les deux volets.

En quête de financement

Selon ce qu’indique Mme Fortuné, le financement accordé par l’arrondissement a, pendant plusieurs années, été en deçà des demandes faites par le tournoi. « Ils donnent toujours environ 5000$, donc j’ai arrêté d’essayer de demander plus », indique-t-elle. L’arrondissement reste le principal subventionnaire de l’événement.

Le degré de participation au tournoi n’est plus à prouver. C’est pourquoi l’organisation souhaite offrir aux jeunes un événement à la hauteur de leur intérêt.

Le tournoi souhaite ajouter plus de ressources travaillant à la planification du tournoi, ce qui « ferait toute une différence », croit Mme Fortuné.

L’organisatrice veut également faire davantage connaître le tournoi, ce qui nécessite des fonds publicitaires.

Ce qui permettrait au tournoi d’aller plus loin, selon Mme Fortuné, c’est la participation d’un commanditaire majeur. Pour cela, l’organisation doit toutefois déployer des ressources pour faire connaître le tournoi.

L’arrondissement a tenté d’aider le tournoi en ce sens, cette année, en finançant la production d’un cahier de commandites réalisé avec d’une firme de marketing.

Or, ce cahier s’est avéré peu utile, selon Mme Fortuné, puisqu’il est arrivé trop tard dans l’année. « On ne peut pas dire que ça a porté fruit pour cette édition puisqu’il faut se prendre d’avance avec les entreprises, mais c’est un bon outil que l’on compte utiliser très tôt dans l’année ».

Questionnée à savoir si l’arrondissement était ouvert à augmenter le financement du tournoi, la chargée de communication de Montréal-Nord Céline Pelletier a répondu que « l’arrondissement est toujours ouvert à recevoir une demande d’aide financière de la part des organismes reconnus et elle analyse ces demandes au cas par cas, dans la mesure de ses capacités budgétaires ».