Montréal

Rapport accablant: Le SPVM refuse l’accès à l’opposition lors d’une conférence de presse

Rapport accablant: Le SPVM refuse l’accès à l’opposition lors d’une conférence de presse
Photo: Josie DesmaraisLe SPVM a refusé que l'élu nord-montréalais représentant l'opposition officielle, Abdelhaq Sari, assiste à la conférence de presse. / Josie Desmarais

Le conseiller de Ville de Montréal-Nord, membre d’Ensemble Montréal, et vice-président de la Commission sur la sécurité publique, Abdelhaq Sari, s’est vu refuser l’accès à la conférence de presse qui dévoilait le rapport accablant montrant une discrimination systémique dans les interventions du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

« Si vous voulez faire du travail sur du profilage racial, vous avez raté votre coup! », a lancé l’élu d’origine marocaine devant les policiers qui lui barraient l’accès.

À LIRE AUSSI: Les Noirs, les Autochtones et les Arabes beaucoup plus ciblés par le SPVM

L’événement a été filmé par un journaliste de Radio-Canada.

M. Sari souhaitait représenter l’opposition officielle lors du dévoilement du rapport. « C’est un rapport très accablant dont tous les médias parlent. On m’a dit que je n’étais pas journaliste, mais ce n’est pas une raison pour refuser l’accès à un citoyen ou surtout pas un élu, déplore-t-il. Je suis quand même le représentant de l’opposition officielle en matière de sécurité publique et le vice-président de la commission sur la sécurité publique. Ça vous donne une idée de ce que c’est le comportement des policiers quand on est chez eux. »

M. Sari s’explique mal qu’on lui ait carrément refusé l’accès à la porte. « Ma présence les dérangeait et ça a donné ce résultat qui est très très regrettable à mon avis, estime-t-il. C’est très important d’avoir les orientations des questions et de comprendre les explications qui sont données par les chercheurs et je voulais y assister bien évidemment. »

Sur place, le SPVM n’a pas voulu commenter cette décision.

« Je ne vois pas pourquoi un membre de la Commission sur la sécurité publique n’aurait pas accès à la conférence de presse et à ce qui a été partagé », a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en réaction à l’événement. Mme Plante n’était pas présente à cette conférence de presse.

« Je vais définitivement inviter M. Caron et le conseiller à discuter [de cela]. Le plus tôt sera le mieux, afin de voir ce qui s’est passé », a ajouté la mairesse.

M. Sari souligne que son parti a recommandé de munir les policiers de caméras portatives et de leur donner la possibilité de les utiliser pendant leur travail. « Ça a été balayé du revers de la main du SPVM et de Mme Plante », mentionne-t-il.

En collaboration avec Henri Ouellette Vézina