Montréal-Nord

Biais des policiers: inquiétude à Montréal-Nord

Biais des policiers: inquiétude à Montréal-Nord
Photo: Josie Desmarais/Métro

Les données accablantes montrant une discrimination systémique dans les interventions des policiers SPVM n’ont fait que confirmer ce qui est observé depuis longtemps par certains acteurs à Montréal-Nord.

« Partout où on a fait ce type d’études au sein des forces policières à travers le Canada, c’est toujours le même résultat », indique le documentariste et fondateur de Montréal-Nord Républik, Will Prosper. Constamment, les jeunes me font mention de ces pratiques policières. Moi-même je suis interpellé par la police. »

Ce traitement différentiel selon l’ethnicité n’est toutefois pas le résultat d’une culture unique à la police, selon M. Prosper. « On aurait les mêmes résultats si on faisait une étude sur l’accès au logement, mais les conséquences peuvent être beaucoup plus graves quand il s’agit de la police. »

« Ça m’a fait mal au cœur quand j’ai vu ce rapport, réagit pour sa part l’ex-candidat à la mairie de Montréal-Nord, Balarama Holness. Ce qui me préoccupe beaucoup, c’est que la direction du SPVM n’est pas capable d’adresser l’enjeu d’une façon authentique qui va tenir les individus responsables. Il n’y a aucune conséquence pour eux, excepté la mauvaise presse », ajoute-t-il. M. Holness est à l’origine de la pétition qui a poussé Montréal à tenir sa consultation sur le racisme systémique.

Montréal-Nord au coeur de l’enjeu

M. Holness croit qu’il serait intéressant de pousser la recherche plus loin pour savoir si le problème est plus accentué dans certains arrondissements. « Montréal-Nord a toujours eu une réputation, notamment aux yeux du SPVM, d’être un arrondissement plus négatif », croit-il.

« À Montréal-Nord, où on a des enjeux profonds de pauvreté, de décrochage, d’une image ternie, souligne Will Prosper. C’est encore plus grave quand tu as la police qui embarque dans le tas et qui fait juste aggraver les problématiques. »