Montréal-Nord
15:36 9 octobre 2019 | mise à jour le: 10 octobre 2019 à 13:04 temps de lecture: 3 minutes

Raymond Paquin, l’homme qui a sauvé l’Hôpital Marie-Clarac

Raymond Paquin, l’homme qui a sauvé l’Hôpital Marie-Clarac
Photo: Olivier Faucher - Métro Média

L’Hôpital Marie-Clarac a récemment honoré l’homme derrière la création de sa fondation. Âgé de 90 ans et en pleine forme, Raymond Paquin est toujours rigoureusement impliqué dans l’administration de la fondation. Son parcours fait de lui sans contredit un personnage marquant dans l’histoire de Montréal-Nord.

Lorsqu’on l’a surpris, le 12 septembre dernier, en nommant un salon de l’Hôpital Marie-Clarac en son nom, Raymond Paquin n’a pu taire son instinct qui a fait le succès de la fondation depuis plus de 20 ans. « Je suis là pour aller chercher de l’argent pour la fondation, dit-il. Je me suis dit qu’on aurait pu avoir commanditaire pour le salon », poursuit-il, sourire aux lèvres

« Je n’ai pas trop de mérite, c’était naturel pour moi de faire ça. » Bien qu’il ait peut-être du mal à accepter cette reconnaissance, celle-ci s’avère bien modeste en comparaison à l’apport phénoménal de M. Paquin à Montréal-Nord depuis qu’il y a emménagé il y a près de 60 ans.

L’Hôpital Marie-Clarac a nommé un salon en l’honneur de Raymond Paquin, l’homme derrière la fondation de l’hôpital

Une fondation qui a tout changé

En 1996, les sœurs qui administrent l’Hôpital Marie-Clarac lancent un appel à l’aide. L’hôpital a subi des coupes de 15 % et son avenir est incertain. Touché par le dévouement de ces femmes, Raymond Paquin décide de créer une fondation. C’est la deuxième fois qu’il pose un tel geste. En effet, il est aussi à l’origine de la fondation du Théâtre Jean-Duceppe.

Grâce au talent de M. Paquin pour trouver d’importants donateurs, la fondation de l’Hôpital Marie-Clarac amasse graduellement des millions de dollars. Elle lui permettra de faire l’acquisition d’équipements et de construire un pavillon de soins palliatifs.

Une forme physique exemplaire

Âgé de 90 ans, Raymond Paquin se rend encore au gymnase trois à quatre fois par semaine. Comme si ce n’était pas suffisant pour un nonagénaire, il monte au minimum 15 étages d’escaliers pour retourner à son appartement après chacun de ceux-ci. « Depuis toujours que je fais du sport », dit-il simplement.

Il impressionne également par son esprit encore très éveillé. « J’ai une excellente mémoire », indique-t-il.
M. Paquin tient à prendre soin de la fondation pour assurer la pérennité de l’hôpital. « C’est un peu mon bébé qui a grandi », illustre-t-il.

UN CV Impressionnant

  • Il passe 35 années au services de la Commission des Écoles catholiques de Montréal, comme l’un des premiers enseignants en éducation physique, puis comme conseiller-cadre de la direction générale.
  • Après un passage au ministère de l’Éducation, il devient président du Conseil des communautés culturelles et de l’immigration du Québec, ce qui le fait notamment représenter la province à l’international.
  • En 1982, il est approché par le maire Yves Ryan et sera conseiller municipal à Montréal-Nord pendant près de vingt ans. En 2015, il obtient l’honorable titre d’ambassadeur de l’arrondissement.
  • En 1985, il met sur pied la fondation du Théâtre Jean-Duceppe
  • En 1996, il lance la fondation de l’Hôpital Marie-Clarac

Articles similaires