Montréal-Nord
17:41 18 octobre 2019

Le SEPI défendra ses membres qui ont escaladé le pont Jacques-Cartier

Le SEPI défendra ses membres qui ont escaladé le pont Jacques-Cartier
Photo: Chantal Levesque

Le Syndicat de l’enseignement de la Pointe-de-l’Île (SEPÎ) a annoncé qu’il défendrait ses deux membres qui ont grimpé le pont Jacques-Cartier contre de potentielles mesures administratives ou disciplinaires de la commission scolaire. L’un d’entre eux qui militent pour le groupe Extinction Rebellion enseigne à l’École Calixa-Lavallée.

« Le conseil d’administration du SEPÎ utilisera tous les outils juridiques et administratifs à sa disposition pour assurer la défense du lien d’emploi de ses deux membres impliqués dans l’incident du pont Jacques-Cartier le 8 octobre dernier », peut-on lire dans un communiqué.

Chantal Poulin, employée de la CSPI et jusqu’à tout récemment VP du SEPI ainsi que Yann Robitaille, enseignant en arts plastiques à l’École Calixa-Lavallée, faisaient partie du contingent qui a provoqué un coup d’éclat en escaladant le pont Jacques-Cartier, le 8 octobre dernier. Ils font partie du groupe écologiste Extinction Rebellion.
Ce geste a entraîné la fermeture du pont à l’heure de pointe pour permettre aux autorités de faire redescendre les militants.

Le président du SEPI, Serafino Fabrizi, a précisé que le conseil d’administration « ne pouvait cautionner de tels gestes de désobéissance civile » pour justifier la démission de Chantal Poulin tout en soutenant que cette décision « ne doit pas être considérée comme jugement sur l’objectif recherché ni sur l’importance de la cause environnementale. »