Montréal-Nord
11:53 20 janvier 2020

Un projet pilote pour aider les aînés de l’est de Montréal

Un projet pilote pour aider les aînés de l’est de Montréal
Le président de la Centrale Nationale de Surveillance Pair Yves Cournoyer estime que le programme sauve en moyenne 50 personnes par année. Photo : Naomie Gelper

Le programme Pair, un service d’appels automatisés quotidiens pour les aînés et les personnes vivant seules, est maintenant disponible dans trois arrondissements de l’est de Montréal sous forme de projet pilote.

Les résidents de Pointe-aux-Trembles―Rivière-des-Prairies/Montréal-Est, Mercier―Hochelaga-Maisonneuve et Rosemont―La Petite-Patrie peuvent dorénavant s’inscrire gratuitement au programme Pair.

De façon quotidienne, l’abonné du Programme Pair reçoit un appel automatisé à une heure prédéterminée. En répondant à l’appel et en appuyant sur une touche numérique, le système déduit que l’usager se porte bien. Si personne ne répond après trois appels et que le membre n’a pas averti la centrale de son absence, une alerte est déclenchée et des démarches sont entreprises par un opérateur pour avertir les répondants de l’abonné.

Selon le président de la Centrale Nationale de Surveillance Pair, Yves Cournoyer, le programme «sauve des vies régulièrement et contribue au maintien des aînés à domicile».

Avant l’automne dernier, le service n’était disponible dans aucun arrondissement de l’est de Montréal sauf Anjou où la population des aînés est la plus importante sur l’île de Montréal. Dans l’ouest de la ville, le service est offert presque partout.

L’isolement urbain des aînés est un grand problème. C’est pire en ville, car en région les gens se connaissent davantage. À Montréal, souvent on connaît très peu ou pas nos voisins et il y a plus de personnes isolées.

– Yves Cournoyer, président de la Centrale Nationale de Surveillance Pair

Yves Cournoyer a choisi l’est de Montréal pour son projet pilote, car c’est dans cette partie de la ville que les besoins étaient présents, indique-t-il.

Soutien politique

Le Programme Pair existe depuis 1990, mais selon le président le modèle de déploiement ne fonctionne pas parfaitement. C’est pourquoi il lance le projet pilote dans le but d’avoir de l’aide de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, et de rendre disponible le service partout au Québec.

«Sur l’île de Montréal, c’est inconcevable que le programme ne soit pas déjà disponible partout, car c’est là qu’il y a la plus grande concentration de personnes âgées, pense Yves Cournoyer. Il faut que tout le monde y ait accès.»

Le SARA d’Anjou qui est membre du programme Pair doit payer des frais annuels pour avoir accès aux lignes téléphoniques et au logiciel. Pour Yves Cournoyer, un organisme à but non lucratif ne devrait pas avoir à payer pour offrir un service gratuit.

C’est pourquoi le président veut trouver du financement. Il aimerait atteindre 600 membres dans l’Est métropolitain avec son projet pilote dans le but d’appuyer les recommandations qu’il présentera au ministère ce printemps. «Plus on va avoir d’abonnés au programme et de gens qui vont en bénéficier, plus ça va être facile politiquement d’avoir du support», affirme-t-il.

Une abonnée de Sainte-Hyacinthe est tombée un soir, elle s’est fracturé la hanche. Elle a passé la nuit au sol, mais elle savait qu’en ne répondant pas au téléphone le lendemain matin, les secours viendraient.

– Yves Cournoyer, Président de la Centrale Nationale de Surveillance Pair

Pour s’inscrire au programme, il suffit de communiquer au 1 877 997-7247 ou de se rendre sur le site internet du programme au www.programmepair.ca. L’inscription peut aussi se faire chez un des organismes partenaires de l’est de Montréal tels que le Carrefour Montrose, le Chez-Nous de Mercier-Est, Résolidaire, l’Association bénévole Pointe-aux-Trembles/Montréal-Est et l’AQDR de la Pointe-de-l’île de Montréal.

M. Cournoyer rappelle qu’il est important d’avoir le contact d’un ou plusieurs répondants à transmettre lors de l’inscription. Ces répondants doivent préalablement être au courant de ce qu’est le programme Pair.