Montréal
17:20 5 août 2020 | mise à jour le: 5 août 2020 à 20:40 temps de lecture: 4 minutes

VAS: tous les chemins mènent sur de Rome

VAS: tous les chemins mènent sur de Rome
Photo: Olivier Faucher/MétroLe projet de VAS a fait drastiquement augmenter le débit de circulation a sur l’avenue de Rome, soulevant l’ire de ses résidents.

Des citoyens habitant l’avenue de Rome à Montréal-Nord sont outrés d’une décision de l’arrondissement qui a créé un trafic important sur leur rue résidentielle, dans le cadre de l’implantation de la voie active et sécuritaire (VAS) du boulevard Gouin.

«On a le même nombre de voitures en une heure que celui qu’on avait en une journée», estime Alaa Mustapha, un résident de l’avenue de Rome.

Depuis plus de deux semaines, cette rue résidentielle est l’endroit où deux sens uniques se rencontrent sur le boulevard Gouin, forçant les automobilistes à l’emprunter pour poursuivre leur chemin et joindre le boulevard Henri-Bourassa.

Cette nouvelle configuration a fait drastiquement augmenter le nombre de voitures empruntant l’avenue de Rome. Sur place le 3 août, le Guide a constaté que plus de trois voitures par minute empruntaient l’avenue vers 17h. Plusieurs voitures roulent bien au-delà de la limite de 30 km/h, malgré l’afficheur de vitesse installé sur la rue.

Incompréhension chez les citoyens

En colère contre l’arrondissement, Alaa Mustapha s’explique mal comment celui-ci a choisi de faire déboucher le boulevard Gouin devant chez lui.

«C’est rendu le boulevard de Rome et l’avenue Gouin! Mes enfants ne peuvent même plus faire de vélo dans la rue.» -Alaa Mustapha, résident de l’avenue de Rome

Un peu plus loin sur l’avenue, le résident Luc Lavergne déplore également les impacts de la nouvelle configuration.

«Ce n’est pas du tout la voie active et sécuritaire qui me dérange. Le problème, c’est que ça débouche sur de Rome, dit-il. Il n’y a aucun bon argument pour faire passer ce trafic-là sur notre rue. Si tu fais ça sur le boulevard Saint-Vital, c’est large, il y a de la place. C’est là que ça devrait passer.»

Les résidents rencontrés anticipent avec inquiétude la rentrée scolaire, alors que l’école Marie-Clarac générait déjà une circulation automobile importante dans le quartier.

«C’est clair que ça va être un bouchon monstre», prévoit M. Lavergne.

Les installations temporaires doivent être démantelées au mois de septembre.

L’arrondissement s’explique

Au départ, la Ville de Montréal proposait de faire du boulevard Gouin un seul sens unique pour permettre la VAS. C’est l’arrondissement de Montréal-Nord qui a proposé d’y mettre plusieurs sens uniques, soit trois différents. Cette décision a créé le point de rencontre, sur l’avenue de Rome.

En entrevue avec le Guide, la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black explique que c’est à la fois pour répondre à une pétition qui demandait un sens unique vers l’ouest, mais pour ne pas affecter les parcours d’autobus et pour des raisons de sécurité que cette décision a été prise.

Quant au choix de l’avenue de Rome, la mairesse soutient que les options étaient «limitées» et qu’il y avait des enjeux de sécurité, notamment la proximité de l’École Marie-Clarac, qui ont exclu le boulevard Saint-Vital de ces options.

«L’avantage que l’avenue de Rome avait, c’est qu’il y avait un feu de circulation, ce qui rend la circulation un peu plus facile rendue à Henri-Bourassa.»

La mairesse ajoute que la VAS est en période d’ajustement et que des changements pourraient y être apportés d’ici la rentrée scolaire.

Risque de face à face

Sur place, le Guide a constaté que des voitures ignorent la nouvelle signalisation et continuent en sens inverse sur Gouin, en arrivant à l’intersection de l’avenue de Rome. Des citoyens témoins de ces comportements sonnent l’alarme quant à un risque de collision face à face. Conscient de la problématique, le SPVM affirme maintenir une présence «accrue» à cette intersection.

Articles similaires