Montréal-Nord
20:08 11 août 2020 | mise à jour le: 11 août 2020 à 20:08 temps de lecture: 3 minutes

Relance des commerces : les Nord-Montréalais répondent à l’appel

Relance des commerces : les Nord-Montréalais répondent à l’appel
Photo: Capture d'écranLa campagne de sociofinancement était hébergée sur la plateforme «La Ruche».

In extremis, la campagne de sociofinancement visant à relancer les commerces de Montréal-Nord a atteint son objectif de 50 000$. Reconnaissant que le web pose encore certains défis pour rejoindre la communauté, les organisateurs informent qu’ils s’ajusteront lors d’une deuxième campagne, prévue à l’automne.

Grâce à la vente en ligne de 2500 bons d’achats qui peuvent être utilisés dans l’un des 35 commerces participants, c’est 75 000$ qui seront injectés dans ceux-ci. Les 25 000$ supplémentaires seront remis par la CDEC de Montréal-Nord, qui s’était engagée à remettre 10$ au commerce pour chaque bon de 20$ vendu.

Le chargé de projet à l’Association des commerçants de Charleroi et Pie-IX, Olivier Trudeau, se dit «très content» du dénouement de la campagne.

«C’est de l’argent qui va directement aux commerces, mais c’est aussi un moyen de les mettre en valeur et d’appeler à la solidarité des gens du quartier et de la communauté d’affaires», souligne-t-il.

Ruée vers l’alimentation

Ceux qui ont acheté des bons d’achat l’ont surtout fait pour aller faire l’épicerie ou pour une visite au restaurant.

La Charcuterie Noël et le restaurant le Quattro ont été les commerces les plus populaires, alors qu’ils ont vendu la totalité de leurs bons d’achat disponibles. Ces deux commerces recevront donc chacun 7500$ en liquidités.

Environ deux commerces participants sur trois sont dans le domaine de l’alimentation.

Mieux rejoindre la population

Alors qu’il ne restait que trois jours à la campagne, celle-ci n’était seulement qu’à 65% de son objectif, avait constaté Métro. Un effort de communication par l’arrondissement de Montréal-Nord a alors contribué à ce que l’objectif soit finalement atteint à la dernière minute.

Dans d’autres secteurs où la plateforme La Ruche hébergeait également une campagne pour l’achat local, comme Lachine, l’objectif a pourtant pu être dépassé avant la date limite.

M. Trudeau reconnaît qu’une campagne uniquement sur le web pose certains défis lorsqu’on veut rejoindre le plus de Nord-Montréalais possible.

«On sait que la fracture numérique, entre autres, est réelle à Montréal-Nord, souligne-t-il. Il fallait que les gens se rendent sur le site qu’ils comprennent bien comment ça fonctionne. Ça a peut-être été une petite barrière», explique-t-il. Il précise que cet enjeu avait été identifié par les organisateurs au départ, mais que la formule «clé en main» proposée par La Ruche passait par sa plateforme web.

Une deuxième campagne similaire à Montréal-Nord devrait être lancée d’ici la fin du mois d’août. Cette fois-ci, les organisateurs comptent permettre aux commerces participants de vendre leurs bons d’achat en personne. «Ça va limiter les freins pour pouvoir se procurer des bons», fait valoir M. Trudeau.

Articles similaires