Soutenez

Racisme systémique et injustices à l’encontre des cols bleus de Montréal-Nord

L'édifice des Travaux Publics de Montréal-Nord. / Josie Desmarais/Journal Métro Photo: Josie Desmarais

Un rapport d’enquête de M. Angelo Soares, professeur titulaire à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESG UQAM), met en lumière des pratiques discriminatoires racistes à l’encontre de certains cols-bleus de l’Arrondissement de Montréal-Nord.

De nombreux manquements dans les façons de faire de l’Arrondissement poussent le professeur Soares à constater des cas de racisme systémique et d’injustices envers des cols-bleus issus des minorités visibles. Des domaines comme les promotions, les formations, ou des catégorisations de postes sont mentionnés.

«La gestion des ressources humaines devrait prendre soin des humains. Or, nous n’avons pas observé de véritable leadership à ce niveau. Comment peut-on demeurer aveugle face à la ségrégation dans une cafétéria?» – Rapport du Pr Soares

Le rapport prend aussi en exemple la composition déséquilibrée des équipes: «Parmi les titulaires, 76,8% ne font pas partie des minorités visibles (PMV), tandis que 23,2% proviennent des minorités visibles (MV). Chez les auxiliaires, on constate une inversion de cette proportion. 61,8% font partie des MV et seulement 38,2% font partie des PMV.»

«Il nous paraît évident que nous nous trouvons devant un exemple de ségrégation occupationnelle», indique le rapport au sujet de l’accès à des postes de direction, contremaîtres et directeurs.

De ce rapport, huit recommandations sont listées à l’encontre de l’employeur et trois à l’attention du syndicat. Le rapport recommande, entre autres, que la ville de Montréal applique une Politique de respect de la personne, des procédures d’enquête sur les cas de discrimination raciale et de harcèlement psychologique plus transparentes ou même un changement dans la culture organisationnelle avec des formations prévenant tous types de racismes.

«Il est impératif que l’Arrondissement et la Ville de Montréal prennent leurs responsabilités et mettent en application et sans réserve les huit recommandations qui les visent directement. Nous prenons acte des constats du Pr Soares et mettrons rapidement en place les trois recommandations qu’il a faites au Syndicat», affirme Luc Bisson, président du Syndicat des Cols bleus regroupés de Montréal.

Pour son enquête, 50 personnes ont été rencontrées, dont 39 cols bleus de l’arrondissement de Montréal-Nord et des membres de la gestion (contremaîtres, gestionnaires et directeurs) pour un total de 67 heures d’entrevues. Le contrôleur général de la Ville de Montréal, la direction des relations de travail et le syndicat des cols bleus s’étaient entendus pour nommer un «enquêteur indépendant afin de faire la lumière sur les préoccupations exprimées par certains employé(e)s».

Une page Facebook pour dénoncer

Des cols bleus de l’arrondissement avaient choisi de créer une page Facebook nommée Le collectif des minorités visibles discriminées de la ville de Montréal Nord ayant pour objectif de «défendre les employés cols bleus issus de minorités visibles victimes de discrimination raciale».

«Il n’y a pas de discrimination raciale. La fierté de Montréal-Nord, c’est sa diversité. Est-ce que vous pensez sérieusement qu’un employé noir peut être traité différemment? La réponse pour moi est non», avait lancé la mairesse suppléante de l’arrondissement de Montréal-Nord, Mme Chantal Rossi, aujourd’hui conseillère de l’arrondissement de Montréal-Nord, en réaction aux dénonciations.

Après l’épisode des dénonciations des discriminations sur la page Facebook, Chantal Rossi «a fait du déni du problème et niera par la suite qu’il y a eu des mesures disciplinaires», précise le rapport.

«L’employeur a essayé d’étouffer le problème au moyen de la peur et de l’intimidation. Le délégué syndical des cols bleus de Montréal-Nord qui a mis en ligne la page Facebook a été suspendu sans solde. Plusieurs cols bleus nous ont indiqué qu’il y avait eu de l’intimidation de la part de leurs supérieurs hiérarchiques après la parution dans la page Facebook» – Rapport

En réaction à la publication de ce rapport d’enquête, Mme Rossi juge ses conclusions «tout aussi surprenantes qu’inacceptables». «Nous ne tolérons pas que des pratiques discriminatoires aient lieu dans notre organisation, tandis que tous nos efforts sont mis pour l’atteinte d’un meilleur vivre-ensemble», ajoute-t-elle.

Le rapport recommande d’annuler et retirer les avis, les suspensions et les notes dans les dossiers des employés associés à la page Facebook car Mme Rossi a bien affirmé qu’il n’y avait eu aucune mesure disciplinaire.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.