Montréal-Nord
13:42 25 mai 2021 | mise à jour le: 25 mai 2021 à 18:20 temps de lecture: 3 minutes

Nouveau point de service du réseau de la santé à Montréal-Nord

Nouveau point de service du réseau de la santé à Montréal-Nord
Photo: Gracieuseté/Bureau de Paule RobitailleDe gauche à droite, Paule Robitaille, Frédéric Abergel, Chantal Rouleau et Christine Black.

Un tout nouveau point de service du réseau de la santé et des services sociaux verra le jour à Montréal-Nord au cours de la prochaine année, une annonce «très attendue» par la population du secteur Nord-Est.

Le projet donne suite aux nombreuses revendications, ces dernières années, du milieu communautaire et des acteurs locaux, qui exigeaient un point de service du CLSC pour offrir des soins de proximité à cette communauté «défavorisée».

«Il y a une population qui ne va pas toujours vers les services, alors on va plutôt vers cette population-là pour la desservir», a expliqué la ministre Chantal Rouleau en conférence de presse.

En janvier dernier, le comité de Mamans contre la violence faisait de la mise sur pied d’un point de services de santé l’une des demandes phares de leur pétition exigeant des actions transformatives dans le quartier.

«Pauvreté et santé sont liées, donc c’est sûr que ça va répondre à des besoins urgents de la population. C’est l’aboutissement de ce qu’on revendique depuis des années. C’est une grande victoire», a affirmé la députée libérale Paule Robitaille qui a porté à l’Assemblée nationale ladite pétition.

D’une taille «beaucoup plus petite» qu’un CLSC régulier – le point de service va desservir un quartier d’environ 15 000 personnes réparties sur moins de 1 km– l’offre de services s’apparentera cependant à celle d’un CLSC régulier tout en ayant des particularités qui lui seront propres.

Six médecins, deux infirmières

Le point de service inclura une clinique du type groupe de médecine de famille (GMF) universitaire (UdeM) de niveau 1, disposant de 12 médecins de famille et deux infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne.

À terme, il aura la capacité d’accueillir six médecins résidents et deux candidates infirmières praticiennes.

«Notre souhait, c’est que ces personnes-là en formation vont rester après dans le territoire pour consolider les équipes de soins de santé», affirme le président-directeur général du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal (NIM), Frédéric Abergel.

Des services sociaux généraux, ainsi que toute la gamme de services de soutien à domicile pour les aînés et personnes handicapées, seront notamment offerts. Aussi, des services en dépendance et en itinérance, ainsi que du soutien à la cessation tabagique seront disponibles.

Des particularités de ce point de service, on peut compter des soins de dentisterie et d’optométrie, qui ne remplaceront pas les partenaires privés du CIUSSS NIM, mais qui vont plutôt servir en matière de prévention et dépistage de maladies associées à ces deux secteurs.

«Sur le plan financier, ce point de service bénéficiera d’un ajout au budget récurrent annuel d’un peu plus de 3M$ pour assurer son fonctionnement. […] Il reste beaucoup à faire, mais je crois qu’on peut considérer l’annonce d’aujourd’hui comme un grand pas en avant», a souligné la ministre Rouleau.

Articles similaires