Soutenez

BJR: un café engagé géré par des jeunes de Montréal-Nord

café jeunes
Iles Ousmer, Doua Benbouzid, Nassima Alem, Loïc et Séréna Yekponi. Photo: Anouk Lebel/Métro Média

De la restauration des lieux à l’élaboration du menu, en passant par la création du logo: des jeunes de Montréal-Nord travaillent d’arrache-pied pour ouvrir dans quelques semaines le café BJR, un lieu engagé à leur image et ancré dans la communauté.

BJR est un acronyme pour «Bouffe, joue, relaxe». L’idée est de faire un endroit où on peut manger et boire un café, mais aussi s’amuser ou se détendre dans une salle adjacente, à la table de baby-foot ou affalé sur un pouf.

Le café fonctionne sous le modèle d’une coopérative dont Iles Ousmer, 15 ans, est le nouveau président.

«Ce sera un café engagé, café végétarien et aussi communautaire, dans le sens où il y aura des rencontres avec les gens de la communauté. On veut aussi mettre l’accent sur la diversité», explique celui qui a rejoint le projet ce printemps.

«On veut inviter des gens de la communauté pour qu’ils parlent de leur vécu, organiser des ateliers et des conférences», renchérit Nassima Alem, qui convoite le titre de directrice du marketing. «Ça pourrait être des organismes qui soutiennent la cause LBTQ ou féministe», évoque pour sa part leur collègue de classe et amie Doua Benbouzid, vice-présidente.

Deux générations

Iles, Nassima et Doua sont en train d’élaborer deux menus  ̶  un pour l’été et un pour l’hiver  ̶  et commander le nécessaire en vue de l’ouverture officielle, qui se tiendra à l’automne.

Le trio s’est connu au programme d’éducation internationale de l’école Henri-Bourassa avant de joindre le projet chapeauté par le Carrefour jeunesse-emploi (CJE) Bourassa-Sauvé il y a quelques semaines.

Âgés respectivement de 18 et 21 ans, Loïc et Séréna Yekponi sont, de leur côté, des membres de «première génération» de la coopérative, c’est-à-dire qu’ils impliqués dans le projet depuis ses débuts, il y a deux ans.

«Rien n’avait commencé, il n’y avait rien de fait», souligne Loïc, qui étudie au cégep en informatique. Avec l’aide de sa sœur et d’autres jeunes, il a participé à restaurer les lieux et choisi, à l’aide d’une designer, les couleurs de la peinture.

«Avant, ce n’était pas aussi joli, rigole Séréna Yekponi. Les couleurs n’étaient pas coordonnées. Avec ce qu’on a fait, c’est vraiment un gros changement. Je suis vraiment fière de ce qu’on a accompli.»

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.